Inflammation de type 2, et si c’était la cause de plusieurs maladies inflammatoires ?

Quel est le point commun entre l’asthme sévère, la dermatite atopique, la polypose nasale, l’œsophagite à éosinophiles ou encore certaines allergies environnementales ? A priori, aucun… Mais à y regarder de plus près, ces maladies ont une même cause : l’inflammation de type 2. Explications.

Quelles sont les maladies inflammatoires de type 2 ?

De récentes recherches scientifiques ont montré que plusieurs maladies atopiques inflammatoires chroniques se caractérisent par une inflammation de type 2, c’est-à-dire une réponse hyperactive du système immunitaire1,2.

Les signes et symptômes varient selon la maladie. Ainsi, l’inflammation de type 2 peut se traduire par des démangeaisons très invalidantes en cas de dermatite atopique3, par la survenue de crises d’asthme imprévisibles et parfois potentiellement mortelles4,5, ou encore par la perte du goût et de l’odorat caractéristique de la polypose nasosinusienne6,7.

Il n’est pas rare que certaines personnes présentent deux maladies inflammatoires de type 2 ou plus, à des degrés de sévérité variables.

  • Jusqu’à 25 % des patients souffrant d’asthme souffrent de dermatite atopique et jusqu’à 47 % de ceux qui sont atteints de dermatite atopique font de l’asthme8,9
  • Près de 50 % des patients atteints de polypose nasale ont un asthme associé et jusqu’à 45 % de ceux souffrant d’asthme sévère présentent une polypose10,11.

Lorsqu’une personne est atteinte de plusieurs maladies inflammatoires de type 2 simultanément, sa prise en charge devient multidisciplinaire et se complexifie. Le mécanisme de l’inflammation de type 2 donne de nouvelles clés de compréhension qui pourraient présager d’une amélioration de la prise en charge des patients atteints de ces diverses maladies.

Qu’est-ce que la dermatite atopique sévère ?

La dermatite atopique est une forme d’eczéma qui touche 2 millions de personnes en France12. Peu connue et perçue à tort comme une affection banale de la peau, la dermatite atopique est en réalité une maladie inflammatoire chronique qui se caractérise par des éruptions cutanées, pouvant s’accompagner de démangeaisons intenses et d’une peau sèche, avec des fissures et des croûtes. La dermatite atopique sévère est la forme la plus invalidante de la maladie.

Pour en savoir plus sur la dermatite atopique sévère

Dr Aurélie Du-Thanh, Dermatologue au CHU de Montpellier
Vidéo d'Expert

C’est quoi la dermatite atopique sévère ?

Décryptage de la dermatite atopique sévère avec le Dr Aurélie Du-Thanh, Dermatologue au CHU de Montpellier.

Article

Dans la peau des patients

La dermatite atopique peut avoir un impact fort sur le plan physique, émotionnel, social, et plus largement sur la qualité de vie. Ce fardeau de la maladie est lourd à porter, pour les patients et leur famille.

Lillian Finklea, 11 ans, atteinte de dermatite atopique et ses parents, Lindsey et Patrick
Témoignage

La dermatite à l’âge de l’enfance et de l’adolescence 

Les enfants peuvent être marginalisés à l’école, lorsque leur maladie est mal comprise. Les adolescents eux aussi peuvent être confrontés à l'isolement social, par crainte du regard des autres ou de leurs moqueries.

Qu’est-ce que l’asthme sévère ?

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes qui concerne 3,5 millions de personnes en France13.  Cette maladie se caractérise par des sifflements, de la toux, un essoufflement, une oppression thoracique ou encore des difficultés à respirer. L’intensité de l’asthme varie et l’asthme sévère peut s’avérer bien plus difficile à contrôler.

Pour en savoir plus sur l’asthme sévère

Animation Vidéo

Vivre avec l’asthme sévère

Avec notre collaboration artistique #DuCôtéDeLaVie, carte blanche à l’artiste Joris Dienot pour illustrer ce que c’est de vivre avec un asthme sévère. Découvrez la vidéo.

Jeff, patient atteint d’asthme sévère
Article

Un nouveau souffle

Contrairement à l’asthme, on entend peu parler de l’asthme sévère, sa forme grave, une maladie handicapante au quotidien

Qu’est-ce que la polypose nasale ?

La polypose nasale est une forme particulière de rhinosinusite chronique qui concernerait 1 million de patients en France14. Cette maladie chronique inflammatoire de la muqueuse se caractérise par des polypes nasaux, qui, dans les formes sévères, obstruent les sinus et cavités nasales. Au cours de son évolution, la polypose nasale peut entraîner congestion nasale, rhinorrhée (écoulement du nez), troubles de l’odorat voire anosmie (perte de l’odorat), altérations du goût et douleurs faciales.

Pour en savoir plus sur la polypose nasale

Article

Apprendre à vivre avec la polypose nasale

La polypose nasale est une pathologie complexe dont l’origine reste encore mal connue. L’obstruction nasale et l’anosmie (la perte de l’odorat), deux symptômes majeurs de la polypose nasale ont des répercussions physiques, sociales, intimes et psychologiques lourdes pour le patient.

Vivre avec une polypose nasale
Article

L’odorat, un sens si précieux mais si peu considéré

Jean-Michel Maillard a perdu définitivement l'odorat à 40 ans à la suite d'un traumatisme crânien. Il décide alors de partir au combat et fonde l'association francophone Anosmie.org. Depuis, il apporte son aide et porte la voix de la communauté grandissante des anosmiques.

L’œsophagite à éosinophiles ainsi que les allergies alimentaires et environnementales sont, elles aussi, des maladies inflammatoires de type 2.

Qu’est-ce que l’inflammation de type 2 ?

L’inflammation de type 2 est une réponse physiologique du système immunitaire qui permet de protéger l’organisme contre des infections (bactéries, virus, parasites), des produits irritants ou des allergènes de l’environnement. Pourtant, chez certaines personnes, ce système de défense immunitaire est hyperactif  et se déclenche de manière anormale ou excessive en présence d’allergènes habituellement bien tolérés (poussières, acariens, poils d’animaux...). Cette dérégulation entraîne la surproduction des cytokines de type 2 (IL-4, IL-13, IL-5), responsables d’une cascade de réactions inflammatoires à l’origine de ces maladies très différentes.

Maladie inflammatoire de type 2 : comment vivre avec ?

Les personnes qui souffrent d’une ou de plusieurs maladies inflammatoires de type 2 sont confrontées à d’importantes gênes et restrictions liés aux symptômes souvent imprévisibles et qui peuvent survenir de façon chronique. Le retentissement de ces maladies sur la vie sociale, familiale et professionnelle des patients et de leur entourage est important, surtout lorsque ces maladies co-existent.

Constance, patiente atteinte de polypose nasale

« Cette maladie a changé beaucoup de chose dans mon quotidien »

Atteinte de polypose nasale, Constance a perdu l’odorat. Cuisiner, savourer un bon repas, sentir l’odeur de son bébé : autant de plaisirs du quotidien qui lui sont inaccessibles.

Franck, patient atteint d’asthme sévère

« Quand j’arrivais à monter mes trois étages, je m’écroulais par terre »

Impossibilité de monter un escalier ou même de parler, hospitalisations en réanimation à répétition, angoisse, voire dépression et vie professionnelle perturbée… La vie d’un asthmatique sévère est un chemin de croix qui n’en finit pas.

Eloïse Vanryssel, championne du monde junior d’escrime et la youtubeuse Satine Wallé

« Dans la maladie, l’escrime m’a aidée »

Eloïse Vanryssel, championne du monde junior d’escrime en équipe souffre de dermatite atopique. Rencontre avec la youtubeuse Satine Wallé pour sensibiliser les plus jeunes à cette maladie et porter un message d’espoir.

Nos derniers articles

  • Domaine thérapeutiqueCancers
    Regards d'artiste sur le myélome

    A l'occasion de la journée nationale du myélome multiple, carte blanche à l'artiste Marion Carlier pour lever le voile sur le quotidien des patients et illustrer leur courage à essayer de retrouver la vie la plus normale possible en continuant de faire ce qu'ils apprécient le plus.

    2021-10-08MMMM YYYY
  • Sanofi engagé contre la Covid-19
    Santé
    Notre réponse à la Covid-19

    Sanofi se mobilise depuis le début de la pandémie de Covid-19 pour répondre à l’urgence sanitaire et contribuer à préparer l’après-crise, en France et dans le monde.

    2021-10-05MMMM YYYY
  • MENINGITE
    Imprévisible

    Découvrez notre podcast qui donne la parole aux victimes de la méningite. Ils sont patients, parents ou ont invité des proches à témoigner avec eux de leurs histoires. Avec beaucoup de courage, ils nous racontent ce jour où tout a basculé et nous parlent de leur combat pour se reconstruire.

    2021-09-30MMMM YYYY

Références

  1. N. A. Gandhi, B. L. Bennett and N. M. Graham, “Targeting key proximal drivers of type 2 inflammation in disease,” Nature Reviews Drug Discovery,vol. 15, no. 1, pp. 35-50, 16 October 2016.
  2. J. W. Steinke and J. M. Wilson, “Aspirin-exacerbated respiratory disease: pathophysiological insights and clinical advances.,” Journal of Asthma and Allergy, vol. 9, pp. 37-43, 2016.
  3. T. Zuberbier , S. Orlow and A. Paller, “Patient perspectives on the management of atopic dermatitis,” Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 118, no. 1, pp. 226-232, 2006.
  4. Global Initiative for Asthma (GINA). Global Strategy for Asthma Management and Prevention. 2018. Available at: http://ginasthma.org/download/832/. Last accessed April 2018.
  5. Price D, Fletcher M, van der Molen T. Asthma control and management in 8,000 European patients: the REcognise Asthma and LInk to Symptoms and Experience (REALISE) survey. NPJ Prim Care Respir Med 2014;24:14009.
  6. Kato A et al. Immunopathology of chronic rhinosinusitis. Allergol Int. 2015; Apr, 64(2):121-30.
  7. Newton JR, Ah-See KW. A review of nasal polyposis. Ther Clin Risk Manag. 2008;4(2):507-12.
  8. Matsusaka M, et al. Allergol Int. 2015;64(2):175-180
  9. Deleuran M, et al. J Am Acad Dermatol. 2020;82(2):377-388
  10. A. Khan, G. Vandeplas and T. Huynh, “The Global Allergy and Asthma European Network (GALEN rhinosinusitis cohort: a large European cross-sectional study of chronic rhinosinusitis patients with and without nasal polyps,” Rhinology, vol. 57, no. 1, pp. 32-42, 2019.
  11. Micheletto C, et al. Eur Ann Allergy Clin Immunol. 2010;42 : 120-124
  12. Etude Epi-Aware (Epidemiology of Adults Patients With Atopic Dermatitis). Sanofi Genzyme & Regeneron 2016, PGA (Patient Global Assessment)
  13. Afrite A, Allonier C, Com-Ruelle L, Guen NL. L’asthme en France en 2006 : prévalence, contrôle et déterminants. :122.
  14. EUFOREA consensus on biologics for CRSwNP with or without asthma - https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6972984/