Sifflements, toux, essoufflement, oppression thoracique, difficultés à respirer, réveils nocturnes : l’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes. Cette maladie entraîne une hyper réactivité des bronches, c’est-à-dire une capacité anormale à réagir à l’effort, au stress, au froid, aux rires et aux infections virales. En France, l’asthme touche 3,5 millions de personnes1 et tue près de 1 000 personnes par an2. Parmi ces asthmatiques, 65 00013, souffrent d’asthme sévère, parfois même sans le réaliser. L’asthme sévère non contrôlé est la forme la plus invalidante de la maladie.

C’est quoi l’asthme sévère ?

Cette forme grave de l’asthme est une maladie dont on entend peu parler. On ne connaît pas précisément les mécanismes qui conduisent à l’inflammation incontrôlée des bronches à l’origine de l’asthme. Le facteur allergique est très important, surtout chez les jeunes enfants. Il existe une susceptibilité génétique, mais il n’y a pas de « gène de l’asthme » identifié à ce jour. On sait également que l’environnement, l’alimentation et les expositions professionnelles peuvent contribuer à l’apparition de l’asthme à n’importe quel âge.

Pourquoi je peux respirer, et pourquoi ce n’est pas si simple pour tout le monde ? Explications avec le Youtubeur Nozman.

Au quotidien, les patients sont gênés par l’asthme sévère. Monter un escalier, faire ses courses, pratiquer un sport ou même marcher est une épreuve que doivent affronter les malades. Progressivement, la maladie limite leur champ d’activité : travail, sorties, sport. L’impact sur la vie professionnelle lié aux absences répétées et à la nécessité d’adapter parfois le poste de travail est important. Pour les plus jeunes, l’asthme sévère entraîne souvent des difficultés scolaires et limite ensuite le choix professionnel. La fatigue, liée aux réveils nocturnes répétés, contribue également au ralentissement général des activités et à la dépression.

Votre asthme est-il contrôlé ?

Malgré une limitation de l’activité physique, des crises sévères (symptômes qui s’aggravent pendant plus de 48 heures) et des réveils nocturnes, 73% des patients sévères se considèrent comme bien contrôlés, alors que seulement 15% le sont en réalité4 . Pourquoi cette contradiction ? Parce que les patients se résignent à vivre avec la maladie et n’envisagent pas que leur qualité de vie puisse être améliorée5Pourtant, avec un asthme bien contrôlé, il est possible de réaliser des activités physiques comme la marche, le tennis, le basket... Bouger ne veut pas dire uniquement faire du sport ; c’est aussi aller au travail ou faire ses courses à pied ou à vélo, monter les marches au lieu d’utiliser l’ascenseur.

Si vous êtes asthmatique, vous pouvez tester votre asthme sur asthme-severe.fr Une fois le questionnaire effectué, il est important d’engager la discussion avec votre médecin qui s’assurera que votre prise en charge est adaptée.

« Un asthmatique bien contrôlé n’a jamais besoin de traitement de secours »

Spécialiste en pneumologie à l’hôpital Foch Suresnes, le Dr Colas Tcherakian nous parle de l’importance d’un asthme contrôlé.

Que pourriez-vous accomplir si votre asthme était mieux contrôlé ?

L’asthme ne devrait plus être un frein pour vivre votre vie et profiter de vos activités quotidiennes.

Asthme sévère et souffrance psychologique

Dépression, honte, peur, isolement : au-delà des symptômes de la maladie, l’impact psychologique de l’asthme sévère est important. Environ 9 asthmatiques sévères sur 10 estiment que leur asthme a joué un rôle déterminant dans leur dernière période de stress (95%) ou de dépression (86%)6. L'asthme sévère interfère souvent avec la vie familiale, sociale et professionnelle, limite les choix de carrière et les options de vacances, et affecte la santé émotionnelle et mentale. Plus d’un tiers des asthmatiques sévères se retrouvent dans l’impossibilité d’être dans une situation où ils seraient susceptibles de rire (40%), d’aller dans une soirée entre amis (38%), d’exercer certaines activités professionnelles (37%) ou encore d’avoir des rapports sexuels (35%)6. C’est tout un pan de la vie de ces malades qui se retrouve confiné par la maladie. Les patients asthmatiques sévères se sentent souvent seuls et mal compris, car leur expérience est très différente de celle de la plupart des asthmatiques. Il est important que les patients sortent de l’isolement et se rapprochent de leur médecin traitant, en lien avec un pneumologue pour comprendre et mieux agir. 

Un accompagnement complexe et pluridisciplinaire

Chaque patient présente des symptômes différents, avec des degrés de sévérité variés et une réponse très hétérogène aux traitements. La prise en charge par un pneumologue doit donc être individualisée. De six mois à un an sont nécessaires entre le diagnostic et la confirmation d’un asthme sévère7. Le principal objectif du traitement est un bon contrôle de la maladie afin de pouvoir vivre le plus normalement possible et éviter qu’elle ne s’aggrave. Au-delà du traitement, les asthmatiques sévères doivent pouvoir être accompagnés d’éducation thérapeutique pluridisciplinaire par des psychologues ou psychiatres, infirmier(ère)s, diététicien(ne)s, kinésithérapeutes et/ou assistant(e)s social(e)s8. 

De nouveaux traitements

Seulement 25% sont convaincus qu’il existe de nouvelles thérapies pour soigner leurs problèmes d’asthme sévère4. Pourtant, la recherche sur l’asthme sévère s’est accélérée ces dix dernières années avec le développement de nouveaux traitements et l’arrivée de biothérapies qui ouvrent de nouvelles perspectives aux patients atteints d'asthme sévère.

Campus Sanofi

Vous êtes professionnel de santé : découvrez nos contenus scientifiques en pneumologie

Nos dernières actualités

Références

  1.  Afrite A, Allonier C, Com-Ruelle L, Guen NL. L’asthme en France en 2006 : prévalence, contrôle et déterminants. :122.
  2.  Raherison C, Bourdin A, Bonniaud P, Deslée G, Garcia G, Leroyer C, et al. Updated guidelines (2015) for management and monitoring of adult and adolescent asthmatic patients (from 12 years and older) of the Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) (Full length text). Revue des Maladies Respiratoires. avr 2016;33(4):279‑325.
  3.  Heaney LG et al. Predictors of therapy resistant asthma: outcome of a systematic evaluation protocol. Thorax 2003;58:561–6.
  4.  Molimard M, Vervloet D, Le Gros V, Bourdeix I, Ponthieux A. Insights into severe asthma control as assessed by guidelines, pulmonologist, patient, and partner. Journal of Asthma. oct 2010;47(8):8539
  5.  Foster JM et al. Europ Respi Journal. Sept 2017;50(3):1700765
  6.  Etude Ifop x Sanofi Genzyme : « Les Français, les asthmatiques et l’asthme sévère », Juillet 2020
  7.  Haute Autorité de Santé. BUM. Juil 2019
  8.  2020 GINA Report

Date de publication : Mai 2022