Jeune femme et jeune homme jouant à 4 mains au piano

Dans la peau des patients

En France, ils sont 2 millions à être touchés par la dermatite atopique, soit près de 4%1 de la population adulte. Peu connue et perçue à tort comme une affection banale de la peau, la dermatite atopique est en réalité une maladie inflammatoire chronique, se caractérisant par des éruptions cutanées. C’est la maladie de peau qui touche le plus de personnes après l’acné2. La dermatite atopique sévère est la forme la plus invalidante de la maladie. 100 000 patients en sont atteints1.

C’est quoi la dermatite atopique sévère ?

Elle se caractérise par une déficience de la barrière cutanée et une anomalie de la réponse immunitaire3. La dermatite atopique sévère se manifeste par des éruptions de la peau, pouvant s’accompagner de démangeaisons intenses et d’une peau sèche, avec des fissures et des croûtes.

Découvrez l’interview Dr Aurélie Du-Thanh, Dermatologue au CHU de Montpellier

D’où ça vient ?

Des facteurs immunologiques, génétiques et environnementaux sont à l’origine de cette maladie. Ces 30 dernières années, le nombre de personnes atteintes a plus que doublé3. Un constat que l’on peut expliquer par l’amélioration du diagnostic et l’impact des facteurs environnementaux.

Vivre avec une maladie de peau

Les signes visibles de la maladie sont le reflet de la dermatite atopique sévère, qui rend le quotidien des patients très difficile.  C’est d’abord une maladie de peau qui démange : 9 patients sur 10 ont des démangeaisons au quotidien4 et 2 patients sur 3 ont des démangeaisons plus de 12 heures par jour4. La dermatite atopique sévère a également un impact sur le sommeil et le travail : 55% des patients ont un sommeil perturbé plus de 5 nuits par semaine4 et 42% des patients souffrent de l’impact de la maladie sur leur vie professionnelle ou leurs études4. La souffrance vécue est également psychologique : l’entrée en relation, la vie affective et la vie sexuelle des patients sont compliquées, et l’image qu’ils ont d’eux-mêmes sévèrement altérée.

Le Youtubeur « Dans ton corps » parle avec Eléonore de la dermatite atopique, une maladie de peau dont la jeune femme est atteinte depuis la naissance.

Une vie à fleur de peau

Le Youtubeur « Dans ton corps » parle de la dermatite atopique avec Éléonore, qui en souffre depuis sa naissance. Elle raconte comment elle a vécu avec cette maladie de peau et comment elle s'en est libérée.

VOIR LA VIDÉO
Les Français et l’eczéma, une enquête Ifop x Sanofi Genzyme

Les Français face à l’eczéma : la grande enquête

L’eczéma est une maladie répandue en France, mais pourtant mal connue, avec un impact physique et psychologique très lourd sur la vie des patients.

Lire le Rapport

Dermatite et adolescence : un cap difficile

En France, 700 000 adolescents de 12 à 17 ans souffrent de dermatite atopique (DA), dont environ 22 000 dans sa forme la plus sévère et invalidante5. Ses répercussions sur l’estime de soi sont importantes : plus d’un jeune sur deux se dit gêné, malheureux ou triste à cause de sa dermatite atopique modérée à sévère (57%), présente un sommeil perturbé (50%) et parle régulièrement de sa maladie avec ses frères et sœurs (59%)6. Visible, cette maladie provoque des phénomènes de discrimination dans la vie sociale et scolaire des adolescents. Plus d’un adolescent sur trois dit avoir été victime de brimades, de moqueries ou d’isolement à un moment de sa vie : 1 patient sur 2 déclare avoir raté l’école à cause de sa maladie au cours des douze derniers mois6. La maladie perturbe aussi profondément l’organisation familiale : 42% des parents déclarent avoir été contraints de s’absenter au travail6 et près de 2 parents sur 5 organisent leur vie de famille autour de leur adolescent atteint de DA sévère (39%)6. En proie à l’anxiété, plus d’1 parent sur 2 (63%) déclare également culpabiliser en raison de la maladie de son adolescent6.

Malena, jeune patiente atteinte de dermatite atopique sévère

Vivre avec une dermatite atopique sévère quand on est adolescent

« Le pire, ce n’est pas moi, ce sont les autres qui ne savent pas ce que j’ai, qui ont peur et qui me fuient ». Découvrez le témoignage de Malena, 14 ans et de sa maman, Gaby.

Voir la vidéo

A lire aussi !

Les derniers articles du Mag' Lab Santé

Références

  1. Etude Epi-Aware (Epidemiology of Adults Patients With Atopic Dermatitis). Sanofi Genzyme & Regeneron 2016, PGA (Patient Global Assessment)
  2. Etude objectif peau 2016
  3. Hello M et al. Rev. Med Interne. 2016 Feb ;37 (2) : 91-99
  4. Simpson EL et al. J Am Acad Dermatol 2016; 74:491-498
  5. Etude EPI CARE (Children With Atopic Dermatitis. Sanofi -Genzyme and Regeneron); 2019
  6. Données issues de l’étude française ECL-Ados (Evaluation de l’impact de la dermatite atopique chez les adolescents et leur famille), menée par la société EMMA; 2020

Date de publication : Septembre 2020

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus.

OK