Un homme apparaît à l’écran et dit :

Bonjour, je m’appelle Yohann, je suis technicien automaticien chez Sanofi et je vais vous expliquer mon job.

*

Clap de première puis lancement du jingle de « C’est quoi ton job ? »

*

Le mot-clé FORMATION TECHNIQUE apparaît sur un cartouche, puis Yohann prend la parole :

J’ai une formation scolaire clairement orientée technique avec un bac et un BTS électrotechnique. Suite à ça, j’ai enchaîné avec une spécialisation dans le domaine du nucléaire en formation par alternance. Et ensuite, ayant le désir d’évoluer vers les métiers de l’automatisme, je me suis orienté vers une licence en automatisme réseau et télémaintenance.

Le mot-clé AUTOMATISME apparaît sur un cartouche, puis Yohann prend la parole :

Juste après mes études, j’ai été embauché dans une société de prestation où j’ai intégré Sanofi. J’ai assuré l’assistance technique de la plateforme bio-vaccin. Ensuite, j’ai été embauché dans le service automatisme, en qualité de technicien automaticien. Et à ce jour, j’ai évolué en tant qu’adjoint technique.

Le mot-clé MULTI-EXPERTISES apparaît sur un cartouche, puis Yohann prend la parole :

Le métier d’automaticien, notamment en secteur maintenance impose d’être multi-compétent : en électricité, en informatique, en mécanique, en pneumatique, en hydraulique et bien évidemment dans la logique de programmation. En maintenance, on retrouve 3 axes. Le préventif : on se doit d’effectuer de manière périodique une maintenance préventive afin d’éviter les futures pannes. Le curatif : alors effectivement, il faut qu’on réagisse très rapidement en cas de panne machine pour ne pas impacter la production. Car au-delà de l’aspect financier, il y a aussi la délivrance de vaccins que l’on doit assurer. L’amélioratif : nous travaillons en partenariat avec le service projet et ce, dans le but d’améliorer nos systèmes et de pérenniser nos lignes.
Les industries pharmaceutiques c’est avant tout beaucoup de réglementations. Cette notion de réglementation, ça nous impose des développements complémentaires. Je pense notamment à l’importance de la traçabilité et de la sécurisation des données.

Le mot-clé INTERACTIVITE apparaît sur un cartouche, puis Camille prend la parole :

Moi ce que j’aime dans mon métier, c’est l’interactivité qu’on peut avoir avec l’ensemble des partenaires du site. Ils sollicitent nos compétences, notre savoir-faire. Ce que j’aime aussi c’est ce rôle de référent opérationnel sur le système. On est un point d’interaction essentiel dans le fonctionnement global du site. On apporte une vraie-valeur ajoutée.

*

La vidéo se termine avec un making of des meilleurs moments du tournage. On entend Yohann dire « Et on en n’est qu’à ‘Bonjour, je m’appelle Yohann’ », ou encore « Je m’en doutais de celle-là, pourtant j’ai révisé ! » et « Faut tout reprendre d’un coup ».