Repousser les frontières de l’immunothérapie en oncologie

Repousser les frontières de l’immunothérapie en oncologie

Ces dernières années, l’immunothérapie a révolutionné la prise en charge de certains cancers parmi les plus agressifs comme le mélanome métastatique, le cancer du poumon ou certaines leucémies. Mais tous les patients ne répondent pas aux immunothérapies actuelles. Nos chercheurs en immuno-oncologie explorent plusieurs pistes prometteuses pour que le système immunitaire s’attaque de façon plus efficace aux cellules cancéreuses et pour que les futurs traitements bénéficient au plus grand nombre de patients.

Le système immunitaire, comment ça marche ?

Chargé de protéger l’organisme, le système immunitaire identifie et détruit tout ce qui lui semble étranger et/ou dangereux, c’est-à-dire les bactéries ou les virus mais aussi les cellules cancéreuses et ce, avant qu’elles ne se propagent. Il produit alors des anticorps qui se lient aux protéines, ou antigènes, présents à la surface des cellules anormales, ce qui stimule le système immunitaire pour les détruire. Les cellules qui produisent les anticorps sont les lymphocytes B, celles qui détruisent les cellules anormales, les lymphocytes T.

Tumeur et système immunitaire

Quand on développe une tumeur cancéreuse, c’est parce que le système immunitaire est dépassé. La tumeur développe en effet ses propres mécanismes pour échapper au système immunitaire de son hôte. Ainsi, certaines cellules cancéreuses parviennent à déjouer le système immunitaire pour ne pas être reconnues comme des cellules anormales ou pour désactiver le système de défense, et continuer ainsi à proliférer. Exclues ou épuisées par leur lutte contre la tumeur, les cellules immunitaires ne peuvent plus jouer leur rôle.

Comment stimuler le système immunitaire ?

Traiter les cancers en activant notre propre système de défense, notre système immunitaire : ce concept, c’est l’immunothérapie appliquée à l’oncologie, ou immuno-oncologie. L’objectif des traitements d’immunothérapie est donc d’activer le système immunitaire autour de la tumeur, c’est-à-dire d’agir sur le micro-environnement tumoral.

En pratique, les traitements d'immunothérapie redonnent au système immunitaire les moyens d’attaquer, en boostant certaines de ses cellules pour les rendre plus efficaces et/ou en faisant tomber le masque des cellules tumorales.

L’immuno-oncologie : une priorité pour Sanofi

Parce que le besoin médical reste immense, les patients n’étant pas tous répondeurs aux immunothérapies actuelles, l’immuno-oncologie est un des axes phares de notre Recherche & Développement.

Nos scientifiques explorent plusieurs pistes prometteuses pour réarmer le système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Ils s’appuient pour cela sur une « boîte à outils » unique de modalités thérapeutiques, aux propriétés variées et modulables, pour cibler les cellules immunitaires et tumorales.

Nos molécules en développement visent à activer le micro-environnement tumoral afin d’induire une réponse pro-inflammatoire, réduire l'immuno-suppression, recruter et activer des cellules effectrices clés du système immunitaire inné et adaptatif, pour éradiquer la tumeur tout en limitant les effets secondaires. Explications.

 

« Fournir une protection durable contre les cellules cancéreuses »

Découvrez le travail et l’engagement de Nizar El-Murr, chercheur en immuno-oncologie, pour concevoir des nouvelles thérapies immunitaires et traiter les patients atteints de cancer.

Les immunoconjugués ou anticorps « armés »

Ce sont des molécules complexes composées d’un anticorps qui reconnaît la tumeur et d’un agent cytotoxique pour tuer les cellules tumorales, ou de petites molécules immuno-stimulatrices pour recruter et activer les cellules immunitaires dans la tumeur. Arrivé dans la tumeur, l’anticorps armé libère « sa bombe ». Contrairement à la chimiothérapie, les anticorps conjugués font la distinction entre les tissus sains et malades.

Explications avec Marie-Priscille Brun, Responsable du groupe Immunoconjugué au sein de la plateforme de recherche « Integrated Drug Discovery ».

Les petites molécules

Elles permettent d’atteindre des cibles intra-cellulaires et ont des propriétés attractives comme leur meilleure pénétration dans les tumeurs et leur immunogénicité réduite.

Les anticorps multispécifiques

 

Ils sont conçus pour reconnaître plusieurs cibles sur les cellules tumorales ou les cellules immunitaires, ce qui permet de faire face à la complexité des cancers. Les deux ou trois cibles sélectionnées dépendent du type de cellule d’intérêt et de l’effet biologique recherché pour apporter un bénéfice aux patients. Ce nouveau type d’anticorps constitue une puissante arme dans l’arsenal thérapeutique. Certains de ces anticorps permettent de créer une synapse immunologique entre les cellules tumorales et les cellules NK (natural killer ou cellules tueuses naturelles) ou les lymphocytes T, améliorant le temps de réponse du traitement tout en réduisant la résistance aux thérapies.

Les nanobodies (nanocorps)

Ces anticorps aux propriétés uniques proviennent des lamas et d’espèces apparentées. Les nanobodies, dix fois plus petits que les anticorps conventionnels, peuvent cibler des éléments intracellulaires contrairement aux anticorps, trop volumineux et qui restent à l’extérieur de la cellule. Leur minuscule taille et leur structure simple permettent de construire des molécules aux propriétés nouvelles dont des nanobodies multispécifiques reconnaissant jusqu’à 5 cibles différentes. Ils permettent d’activer ou inhiber des voies d’accès ou d’activer les cellules immunitaires. Les nanobodies peuvent être administrés de différentes manière, de l’injection à l’inhalation.

Explications sur les nanobodies avec Pieter Deschaght, Project leader Nanobodies Explorative Technologies.

Les Synthorines

Ce sont des protéines apparentées à des interleukines qui stimulent ou inhibent le système immunitaire. Issues d’une expansion du code génétique naturel par Synthorx, les Synthorines ont des propriétés fonctionnelles innovantes et particulières permettant de les modifier et de les associer entre elles.

La France, centre d’excellence en immuno-oncologie

70% de nos chercheurs en immuno-oncologie sont basés en France, sur les sites de Vitry-sur-Seine et de Strasbourg, et travaillent en étroite collaboration avec le reste des équipes scientifiques immuno-oncologie basées à Cambridge (Massachusetts) et avec les équipes en charge du développement clinique.

Vitry-sur-Seine : le site expert en immuno-oncologie

Vitry-sur-Seine : le site expert en immuno-oncologie 

La plateforme R&D et industrielle de Vitry-sur-Seine est le centre d’excellence de Sanofi en recherche et développement en oncologie moléculaire et en immuno-oncologie.

Des partenariats indispensables pour accélérer la recherche

Pour faire avancer plus vite la recherche en immuno-oncologie et renforcer le potentiel de nos molécules en cours de développement, nos équipes travaillent avec des partenaires externes. Ces partenaires, principalement des sociétés de biotechnologies spécialisées, nous permettent d’avoir accès à des plateformes technologiques complémentaires des nôtres pour mettre au point des traitements combinés multicibles contre les cancers. 
Sanofi a ainsi acquis les sociétés biopharmaceutiques Synthorx et Kymab et a conclu un accord avec Kiadis, en vue de son acquisition. Nos équipes scientifiques collaborent également avec la biotech française Innate Pharma, sur des produits en cours de développement.

Un biocluster en oncologie centré sur le patient

Sanofi, Gustave Roussy, l’Inserm, l’Institut Polytechnique de Paris et l’Université Paris-Saclay s’engagent pour faire émerger en France une médecine personnalisée à travers un cluster en oncologie centré sur le patient – le Paris Saclay Cancer Cluster

D’autres contenus sur notre engagement en oncologie

 Sanofi s'engage massivement dans la recherche en oncologie
Recherche & Développement

Sanofi veut changer la donne en oncologie

Le cancer représente un enjeu de santé publique majeur. Les découvertes scientifiques de ces dernières années en oncologie ont permis des avancées significatives. Pour poursuivre cette dynamique d’innovation, Sanofi s’engage massivement dans la recherche en oncologie.

2020-06-11MMMM YYYY
Nanomédicaments et nanobodies : le potentiel prometteur de la nanomédecine
MEDECINE DE DEMAIN

Nanomédicament : Le futur de la médecine est dans l’infiniment petit

La recherche médicale explore les voies de l’infiniment petit. Rencontre avec le Professeur Patrick Couvreur, pionnier des nanomédicaments, et avec Emmanuelle Vigne, du Département Recherches Biologiques France chez Sanofi, dont les recherches sur les nanobodies portent principalement sur l'immunologie et l’immuno-oncologie.

2019-05-09MMMM YYYY
En France, le cancer est la 1ère cause de mortalité chez l’homme et la 2nde chez la femme
Cancers

Une prise en charge personnalisée pour les patients

Les patients atteints de cancer ont un grand besoin de nouveaux traitements. Dans le cancer de la peau, des poumons, de la prostate, ou encore dans les cancers hématologiques comme le myélome, tous nos efforts sont mobilisés pour mieux prendre en charge cette maladie plurielle.

2020-06-11MMMM YYYY