La méningite à méningocoques

La méningite à méningocoques

La méningite est une infection des enveloppes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Dans la plupart des cas, la méningite est virale, mais peut aussi être d’origine bactérienne ou fongique. Rare mais potentiellement dévastatrice, la méningite à méningocoques est une méningite d’origine bactérienne. Si cette maladie touche principalement les jeunes enfants (moins de 5 ans), les adolescents et les jeunes adultes, tout le monde peut être concerné : la plupart des cas de méningite à méningocoques surviennent chez des individus en bonne santé ne présentant aucun facteur de risque identifiable.

Comment « s’attrape » la méningite à méningocoques ?

La transmission bactérienne de la méningite se fait de personne à personne par contact étroit (toux, éternuements, baisers) ou prolongé (plus d’une heure). Les bactéries de la méningite à méningocoques ne sont pas aussi contagieuses que les virus à l’origine du rhume ou de la grippe. Environ une personne sur 10 (et un adolescent sur quatre) est porteuse de méningocoques au fond du nez ou de la gorge sans qu’aucun symptôme de la maladie ne se déclare1. Cependant, il arrive qu’après avoir infecté les voies respiratoires, les méningocoques se propagent dans l’organisme en pénétrant dans la circulation sanguine et causent une infection invasive à méningocoques.

La méningite à méningocoques : une maladie foudroyante aux conséquences dramatiques

Maux de tête intenses, vomissements, raideur de la nuque, fièvre élevée, photosensibilité et purpura (éruption cutanée sous la forme de petits points convergents rouges ou mauves) sont parmi les symptômes caractéristiques de la méningite à méningocoques. Imprévisible et foudroyante, cette maladie peut engendrer la mort en moins de 24 heures, sans prise en charge rapide. Parmi les rescapés, 1 survivant sur 5 souffrira de lourdes séquelles plus ou moins visibles : amputation, surdité, troubles cognitifs mais aussi difficultés d’apprentissage, mémorielles ou dépressions nerveuses. Maladie aiguë, la méningite bactérienne devient alors une maladie chronique.

Sumeyra, survivante d’une méningite à méningocoques témoigne

« A l’hôpital, ils m’ont tout de suite mise sous antibiotiques. Ils ont dû me plonger dans un coma artificiel, car tous mes organes étaient atteints. (…) Aujourd’hui, je souffre toujours d’insuffisance rénale chronique ».

Un diagnostic difficile à poser

Diagnostiquer une méningite à méningocoques dans les temps, c’est-à-dire en moins de 24 heures, est particulièrement difficile car les premiers symptômes sont non spécifiques (fièvre, irritabilité...) et peuvent facilement être confondus avec ceux d’une grippe, d’une gastroentérite voire d’une appendicite : les patients peuvent ainsi être renvoyés à tort à leur domicile. Par ailleurs, les symptômes n’apparaissent pas tous en même temps, avec pour conséquence un retard de diagnostic aux conséquences dramatiques.

L’art pour dire les maux des patients

DuCotéDeLaVie
DuCotéDeLaVie
DuCotéDeLaVie

Avec la série #DuCotéDeLaVie, les artistes prennent leurs quartiers sur notre compte Instagram et portent leur regard sur le vécu des patients.

Carte blanche à l'artiste @MaisonBernie pour illustrer les symptômes de la méningite qui doivent alerter.

Vaccination et méningites bactériennes

Infog_meningites

La vaccination : une protection contre certaines méningites bactériennes

Les méningites sont des infections graves qui peuvent entraîner la mort ou laisser des séquelles durables.

Voir l'infographie
La méningite à méningocoques en France et en Europe

La méningite à méningocoques en France et en Europe

Depuis plus de 45 ans, Sanofi Pasteur œuvre sans relâche au développement de nouveaux vaccins permettant de lutter contre la méningite à méningocoques et de limiter les épidémies.

Référence

  1. OMS. Méningite à méningocoques. Consulté en mars 2019. www.who.int/fr

Date de publication : Octobre 2020

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus.

OK