En France, le cancer est la 1ère cause de mortalité chez l’homme et la 2nde chez la femme

Une prise en charge personnalisée pour les patients

Les patients atteints de cancer ont un grand besoin de nouveaux traitements. Dans le cancer de la peau, des poumons, de la prostate, ou encore dans les cancers hématologiques comme le myélome, tous nos efforts sont mobilisés pour mieux prendre en charge cette maladie plurielle. Et aider les patients tout au long de leur parcours de soins. 

Gagner en âge avec le cancer

D’ici 2050, il est prévu que le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans ait doublé1. Or l’âge est un facteur de risque pour le cancer : environ 37% des nouveaux cas de cancer dans le monde sont diagnostiqués chez des personnes de plus de 70 ans2. Ce chiffre devrait plus que doubler d’ici 20403. Ce qui ne sera pas sans impact sur l’entourage du patient, les communautés et les systèmes de santé.

Face à cet enjeu sanitaire et sociétal, Sanofi s’engage, aux côtés de l’UICC (Union Internationale contre le Cancer) à répondre aux besoins des personnes âgées atteintes de cancer pour leur donner de meilleures chances d’y survivre ou de vivre avec. 

Rencontre avec le Dr Cary Adams, Directeur Général de l’UICC.

Le myélome multiple

Ce cancer se développe dans la moelle osseuse, à partir de cellules appelées plasmocytes. Le myélome multiple est le deuxième cancer du sang le plus fréquent dans le monde4. Cette maladie est diagnostiquée le plus souvent chez les personnes âgées. L'âge médian du diagnostic est de 70 ans pour les hommes et de 74 ans pour les femmes, en France5. Il se manifeste par des douleurs osseuses persistantes ou récurrentes avec fractures6, une fatigue persistante causée par une anémie6, des infections récurrentes6, des troubles du système nerveux6, des essoufflements ou des signes d’insuffisance rénale.

Ethel Szerman-Poisson, Présidente de l’AF3M, nous parle du myélome multiple, une maladie dont elle est atteinte.

« Quand on a une activité sportive, on ne pense plus à la maladie »

Présidente de l’association AF3M (Association Française des Malades du Myélome Multiple) et aussi patiente, Ethel Szerman-Poisson nous parle de la maladie, de son impact sur le quotidien et du rôle fondamental du sport dans la prise en charge du myélome multiple. Un allié précieux pour vivre avec la maladie, comme raconté dans la bande-dessinée Gardons la forme que nous avons conçue avec l’AF3M.

Le myélome multiple est un cancer incurable qui nécessite un traitement sur le long terme. C’est une maladie complexe, car elle développe en permanence des résistances aux traitements7. Presque toutes les personnes atteintes d’un myélome multiple présenteront une rechute pendant ou après leur traitement :

  • le myélome multiple en rechute est un myélome qui réapparaît après une période de rémission, à distance du dernier traitement,
  • le myélome multiple réfractaire désigne un myélome qui progresse sous traitement ou dans les 60 jours après l'arrêt du dernier traitement.
Michel, patient atteint de myélome multiple

Apprendre à vivre différemment

« Dans ma tête, j’avais cette période compliquée à vivre. Ensuite une page serait définitivement tournée. Or la caractéristique du myélome multiple c’est que c’est un cancer incurable »

Voir le témoignage de Bernard

Les autogreffes

Le traitement de certains cancers du sang, commele myélome multiple, nécessite parfois de réaliser une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques. L'autogreffe est un processus thérapeutique au cours duquel les cellules souches du patient sont prélevées avant la réalisation d'un traitement de chimiothérapie intensive. A la suite de cette chimiothérapie, l'organisme comptera moins de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. En lui réinjectant ses propres cellules souches, le patient reconstituera toutes ses cellules sanguines.

Explications sur l’autogreffe

Pour mieux comprendre

Explications sur l’autogreffe.

À voir

Le Carcinome Épidermoïde Cutané avancé (CECa)

Le CECa est le plus mortel des cancers de la peau non-mélanome8. Il se caractérise par la croissance incontrôlée de cellules squameuses kératinocytes anormales. On parle de forme avancée quand il envahit les couches cutanées profondes et s’étend aux tissus environnants, voire aux ganglions ou organes à distance. L’apparition d’un CEC prend généralement la forme d’une petite éruption évoquant une verrue, sans douleur au toucher et surmontée d’une croûte. Sur la base de ces signes cliniques, une biopsie est réalisée pour poser le diagnostic. Les principaux facteurs de risque du CEC sont : l’exposition aux rayons ultraviolets du soleil ou cabines de bronzage, une peau claire, une immunodépression/immunosuppression.

Maladie grave et mutilante, le Carcinome Épidermoïde Cutané avancé a un impact délétère, fonctionnel, esthétique et psychosocial sur la qualité de vie des patients et leurs proches (isolement, anxiété, dépression). Les patients non éligibles à la chirurgie du fait de l’avancée de leur maladie n’ont que très peu d’options thérapeutiques. Pour répondre au besoin médical important de ces malades, Sanofi Genzyme et Regeneron ont uni leurs forces pour lutter contre cette maladie.

Ron, patient atteint d’un Carcinome Epidermoïde Cutané avancé (CECa)
Ron, patient atteint de Carcinome Épidermoïde Cutané avancé (CECa)

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent, à la fois chez l’homme et dans l’ensemble de la population9. Il est diagnostiqué à l’âge de 70 ans en moyenne9.

Le cancer de la prostate engendre souvent chez l’homme un sentiment d’atteinte corporelle et un malaise sur le devenir de sa sexualité. Pourtant, des solutions existent, encore faut-il oser en parler. C’est le message d’encouragement de la bande-dessinée Et si on parlait d'amour Pierrot, conçue avec l’Association Française d’Urologie et l’Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate.

James, patient atteint d’un cancer de la prostate
James, patient atteint d’un cancer de la prostate

A lire aussi !

Notre engagement dans l’accompagnement des patients

Objectif principal ? Accompagner les patients dans leur quotidien, mais également leurs proches. Ainsi, plusieurs initiatives d’accompagnement personnalisé sont mises en place, en partenariat avec des acteurs de santé.

Témoignages de malades atteints de cancer, de leurs proches et de professionnels de santé

À Vivre Ouvert

L’impact de la maladie ne s’arrête pas au moment où l’on est en rémission. Patients, aidants, professionnels de santé : tous rencontrent, à un moment ou à un autre, des difficultés physiques, psychologiques ou sociétales. Le web-documentaire À Vivre Ouvert leur est dédié : témoignages, aides, ressources et initiatives sont partagés pour accompagner la vie après les traitements de cancer et contribuer ainsi à une prise en charge holistique des personnes concernées par le cancer.
Echanger avec les ERI®

Echanger dans les ERI®

Ouverts à tous et sans rendez-vous, les Espaces Rencontres et Information sont des lieux chaleureux non médicalisés établis au sein des établissements de soins. Un accompagnateur en santé apporte un soutien personnalisé aux patients et à leurs proches, et chacun selon ses souhaits, peut parler, poser des questions, échanger, participer à des ateliers ou des réunions-débats ou tout simplement s’asseoir. Aujourd’hui, 36 ERI® sont ouverts en France dans les Centres de Lutte contre le Cancer ou les structures de soins publiques ou privées. L’ERI® est un concept fondé en 2001 par la Ligue nationale contre le Cancer, Sanofi en France et Gustave Roussy.

Les derniers articles du Mag' Lab Santé

Références

  1. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Ageing 2017 - Highlights (ST/ESA/SER.A/397)
  2. Globocan. Global Cancer Observatory Cancer Tomorrow. World Health Organization International Agency for Research on Cancer Website. 2018. gco.iarc.fr. Accessed on 26 Nov, 2019
  3. Globocan. Global Cancer Observatory Cancer Tomorrow. World Health Organization International Agency for Research on Cancer Website. 2018. gco.iarc.fr. Accessed on 26 Nov, 2019
  4. Kazandjian. Multiple myeloma epidemiology and survival: A unique malignancy. Semin Oncol. 2016;43(6):676-681. doi:10.1053/j/seminoncol.2016.11.004
  5. af3m.org - dernière visite : mars 2020
  6. American Cancer Society. Signs and Symptoms of Multiple Myeloma. Consulté en janvier 2019.
  7. Larsen J, Kumar S. Evolving Paradigms in the Management of Multiple Myeloma: Novel Agents and Targeted Therapies. Rare Cancers Ther. 2015; 3: 47–68. doi:10.1007/s40487-015-0009-4
  8. INCA - Carcinome épidermoïde cutané (carcinome spinocellulaire) : recommandations de pratique clinique pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique
  9. INCA - Les cancers de la prostate : points clés - dernière visite mars 2020 

Date de publication : Mars 2020

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus.

OK