Le rôle du pharmacien dans l’accompagnement de l’automédication, pratiquée par 80% des Français.

Automédication : l’officine en première ligne

L’automédication est un comportement bien ancré dans les habitudes des Français et l’un des premiers recours pour soulager des maux bénins du quotidien. 80% d’entre eux ont déclaré l’avoir pratiquée en 20184. L’équipe officinale joue ainsi un rôle clé dans le conseil, la mise en garde quant à certains risques, voire l’orientation du patient vers un médecin. Comment l’industrie pharmaceutique peut-elle accompagner cette mission essentielle ? 

Le point avec Béatrice Clairaz-Mahiou, pharmacienne et co-fondatrice de la Société Francophone des Sciences Pharmaceutiques Officinales (SFSPO) et Vincent Cotard, Directeur Santé Grand Public, Sanofi France.

Les Français sont nombreux à pratiquer l’automédication. Cela signifie-t-il qu’ils n’ont besoin ni de médecin, ni de pharmacien ?

Vincent Cotard.- Bien sûr que non ! L’automédication n’est pas anodine et doit toujours être encadrée par les conseils d’un professionnel de santé. Sachant que nous vivons en moyenne à 15 minutes de l’officine la plus proche5, le pharmacien est de facto le professionnel de santé de premier recours. Cela tombe bien, car il est un expert du médicament. Le pharmacien a de ce fait une mission de santé publique que nous voulons faciliter, à travers des outils d’accompagnement et des expérimentations innovantes. C’est ainsi que nous pouvons consolider le triangle de confiance entre le patient, le médicament et le pharmacien, pour garantir le bon usage des médicaments.

Nous avons à la fois un rôle d’éducation, d’alerte et d’orientation. Les Français nous font confiance et notre métier évolue avec de nouveaux actes comme la vaccination antigrippe, l’entretien pharmaceutique ou les tests pour l’angine.
Béatrice Clairaz-Mahiou, pharmacienne et co-fondatrice de la Société Francophone des Sciences Pharmaceutiques Officinales (SFSPO).

Béatrice Clairaz-Mahiou.- Les médicaments en automédication sont souvent banalisés, alors que, comme tout médicament, ils comportent des risques s’ils ne sont pas bien utilisés ou s’ils sont associés à d’autres produits. L’équipe officinale ne doit pas se contenter de délivrer des boites. Elle a à la fois un rôle d’éducation, d’alerte et d’orientation. D’autant que les Français lui font confiance et ceci dans un contexte où notre métier évolue avec de nouveaux actes comme la vaccination antigrippe, l’entretien pharmaceutique ou les tests pour l’angine.

A lire aussi !

Conseiller, alerter, orienter... cela prend du temps. En quoi l’industrie pharmaceutique peut-elle aider les pharmaciens à jouer ce rôle ?

BCM.- Si on prend l’exemple des antalgiques qui font parler d’eux aujourd’hui, on voit bien que toute dispensation doit s’accompagner d’un questionnement et de conseils afin de sécuriser l’utilisation par les patients au maximum. La mission de la SFSPO est de faire évoluer nos pratiques et l’industrie pharmaceutique peut nous aider grâce à de l’information pertinente et des outils pour mieux accompagner nos patients, ainsi qu’avec le support des délégués avec qui nous pouvons échanger sur le bon usage de leurs médicaments.

VC.- C’est dans ce but que nous travaillons sur la qualité de l’information que délivrent tous nos délégués pharmaceutiques aux équipes officinales. Nous cherchons également à mieux comprendre les comportements des patients à travers des études quantitatives et qualitatives afin de mettre à la disposition des pharmaciens de nouveaux outils digitaux adaptés pour les aider à mieux conseiller et prendre en charge leurs patients au quotidien. Nous menons aussi des actions de sensibilisation auprès des patients autour de pathologies bénignes, pour les inciter à se rendre en officine ou chez leur médecin afin d’avoir les bons conseils. Prenons l’exemple de la douleur, qui touche 1 Français sur 2 de façon quotidienne6. Nous avons récemment lancé une campagne de sensibilisation autour des douleurs silencieuses, relayée notamment en pharmacie. Nous savons en effet qu’une personne qui souffre sans en parler à un professionnel de santé est plus à risque de mésusage ou d’inobservance. Nous souhaitons enfin développer des communications grand public autour du bon usage du médicament qui ne banalisent pas les produits. Toutes ces campagnes grand public devraient contribuer à instaurer un nouveau dialogue avec le pharmacien pour changer le comportement du patient vis-à-vis du médicament.

Nous vivons en moyenne à 15 minutes de l’officine la plus proche. Le pharmacien est de facto le professionnel de santé de premier recours. Nous voulons faciliter sa mission de santé publique à travers des outils d’accompagnement et des expérimentations innovantes afin de consolider le triangle de confiance entre le patient, le médicament et le pharmacien.
Vincent Cotard, Directeur Santé Grand Public, Sanofi France.

L’Arbre Conseils® Orientation Douleur est un de ces nouveaux outils. Comment fonctionne-t-il ?

BCM.- La SFSPO, en collaboration avec des médecins et des patients, a formulé une recommandation pour la prise en charge à l'officine des patients atteints de maux de tête en recherche d'un traitement d'automédication. Avec l’aide de Sanofi, cette recommandation prend aujourd’hui la forme d'un arbre conseils et d’orientation digital et interactif. L’Arbre Conseils® Orientation Douleur sera utilisé à chaque fois qu’un patient demande un antalgique pour des maux de tête. Le fait que l’outil soit digital formalisera la démarche face au patient tout en nous permettant d’aller vite. Le fait d’avoir un cadre unique, garantira la même qualité de conseil quelle que soit la pharmacie ou l’interlocuteur. On pourra aussi remettre au patient des conseils écrits personnalisés, ce qui est une première. Ce nouvel outil sera présenté le 7 décembre 2019 au congrès SPOT-Pharma, puis testé dans les pharmacies de Nouvelle Aquitaine et des Hauts-de-France début 2020. Il a été digitalisé par Sanofi, en marque blanche, ce qui est une première aussi.

VC.- En tant que leader en santé grand public, fortement engagé aux côtés des équipes officinales, il est de notre responsabilité d’être précurseur dans l’accompagnement des pharmaciens. Notre plateforme algorithmique L’Arbre Conseils® a ainsi été développée en 2018 avec et pour les pharmaciens, dans le cadre des activités du 39BIS, notre laboratoire e-santé. Nous avons donc d’emblée soutenu l’initiative de la SFSPO, en mettant à disposition cette solution digitale. L’Arbre Conseils® Orientation Douleur devrait en effet contribuer à optimiser la prise en charge, le bon usage des médicaments et le parcours de soins des patients en officine, ce qui est au cœur de notre engagement depuis plus de 50 ans dans la douleur.

A lire aussi !

Automédication, de quoi parle-t-on ?

« L’automédication consiste à se soigner avec des médicaments accessibles en pharmacie, sans prescription médicale ». Telle est la définition de l’Assurance Maladie qui informe les patients : « il convient de vérifier avec votre pharmacien s’ils sont adaptés à votre besoin et d’échanger avec votre médecin dans le cas où vous suivez un traitement médicamenteux régulier ». Un conseil qui vaut notamment pour les produits en libre-service, pas toujours perçus comme des médicaments, mais aussi pour les produits remis au comptoir par le pharmacien. Par extension, l’automédication peut recouvrir aussi le fait de prendre des médicaments sous ordonnance qu’on a chez soi mais qui correspondent à une ancienne prescription. Cette pratique est dangereuse pour la santé.

Pour approfondir...

Sanofi s’engage pour lutter contre l’antibiorésistance
Santé

Sanofi s’engage pour lutter contre l’antibiorésistance

Sanofi s’associe à Cyclamed pour lancer une campagne d’un an incitant le grand public à rapporter en pharmacie les antibiotiques non utilisés, dans le cadre de la semaine mondiale du bon usage des antibiotiques, lancée par l’OMS en 2015. L’objectif est de sensibiliser au bon usage des antibiotiques afin de lutter contre l’antibiorésistance, un fléau qui entraîne 700 000 décès par an dans le monde et 12 500 en France.
2019-11-07MMMM YYYY
La santé en mode digital au 39BIS
Santé

La santé en mode digital au 39BIS

Déjà une réalité, la e-santé fait apparaître de nouveaux usages et pourrait améliorer le parcours de santé et l’efficience du système de soins. Demain, les innovations thérapeutiques seront combinées à des outils et services digitaux. Sanofi s’inscrit dans cette dynamique et accélère ses projets de santé digitale au 39BIS, son laboratoire e-santé.
2019-09-04MMMM YYYY
Le pharmacien d’officine, nouvel acteur de la vaccination contre la grippe en France à partir de l’automne 2019
Santé

Vaccination contre la grippe : le nouveau rôle du pharmacien

La vaccination par les pharmaciens d’officine sera autorisée dans toute la France à partir de l’automne 2019, et devrait permettre d’augmenter la couverture vaccinale contre la grippe. Sanofi Pasteur met son expertise en œuvre pour accompagner les pharmaciens dans cette nouvelle mission.
2019-04-01MMMM YYYY
Regards croisés sur l’officine de demain
Santé

Regards croisés sur l’officine de demain

Portées par les nouvelles technologies et par un nouveau système de financement, les officines se tournent vers plus de conseils et de services. Philippe Gaertner, Président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France et Gilles Bonnefond, Président de l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine, nous éclairent sur les enjeux de la pharmacie de demain.
2018-12-05MMMM YYYY
La digitalisation de l’officine
E-Santé

La digitalisation de l’officine

À l'heure du tout connecté, la pharmacie se tourne vers des solutions innovantes. Comment le rôle du pharmacien va-t-il évoluer dans ce contexte ? Éclairages croisés de Jacques Perche, Directeur Général de Sterling Pharma, Alban Charrière, co-fondateur de Pharmanity.com et Jordan Cohen, Président de Pharma Express.
2018-07-04MMMM YYYY
La pharmacie d'officine aujourd'hui en France
Santé

La pharmacie d’aujourd’hui en France

Alors que 4,5 millions de Français entrent chaque jour dans une officine, la pharmacie est aujourd’hui portée par les nombreuses transformations qui agitent le monde de la santé. Décryptage de cet acteur clé dans le parcours de santé des patients, dont l’avenir se dessine aujourd’hui.
2018-06-06MMMM YYYY

Références

  1. Le Quotidien du Pharmacien – version en ligne – 10 mars 2016 , dernière visite le 25 novembre 2019
  2. Ordre des Pharmaciens – dépliant de la Démographie au 1er janvier 2019 – nombre total de pharmacies en France métropolitaine
  3. Etude Harris Interactive réalisée pour Sanofi en 2018 sur les Français et l’automédication.
  4. Etude Harris Interactive réalisée pour Sanofi en 2018 sur les Français et l’automédication
  5. Ordre des Pharmaciens - dernière visite le 25 novembre 2019
  6. Enquête CSA pour Sanofi sur « Les Français et la douleur » réalisée auprès de 2006 personnes âgées de 18 à 60 ans. Enquête menée du 25 août au 2 septembre 2014.
  7. Source Ameli.fr

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus.

OK