Le site de Sanofi à Ambarès fête ses 50 ans

Ambarès : l’innovation à grande vitesse



À la fois outil industriel puissant de par ses volumes de production considérables et rampe de lancement de nouveaux produits, le site d’Ambarès, qui vient de fêter ses 50 ans, est l’un des fleurons de Sanofi en France. Le point sur ses missions et son rayonnement avec Vincent Foissac, son nouveau directeur, et Alexandre Quintana, le responsable de son centre de développement.

Vous dirigez tous deux un des fleurons de l’industrie pharmaceutique en France. Quelles sont ses missions ?

Vincent Foissac. - Spécialisé dans les maladies cardiovasculaires et les maladies du système nerveux central, Ambarès fabrique près de 5 milliards de comprimés et gélules par an, 80 millions de boîtes, et 24 millions d’ampoules stériles : des médicaments indispensables aux patients. Environ 700 personnes travaillent sur l’ensemble des étapes de production des formes sèches et injectables. À savoir par exemple, pour les formes sèches : la granulation, qui consiste à mélanger le principe actif et les excipients pour former un grain, la compression qui permet d’obtenir un comprimé et l’enrobage qui consiste à appliquer une couche d’isolement autour de ce comprimé pour masquer le goût, protéger le produit des agents extérieurs par exemple ou encore faciliter la prise du produit ; enfin, le conditionnement, en blisters le plus souvent, eux-mêmes positionnés dans un étui portant l’ensemble des mentions légales et de traçabilité afin d’assurer l’authenticité du produit.

Directeur du site de Sanofi à Ambarès

Alexandre Quintana. - Créé en 1979, soit, historiquement 10 ans après le site de production, le centre de développement du site d’Ambarès travaille en étroite collaboration avec ce dernier selon trois missions principales :

  • Tout d’abord, il développe et industrialise les produits issus de la R&D ou développés localement dans le cadre de ce que l’on appelle le Life Cycle Management (extension de gammes, de territoires ou d’indications), jusqu’à l’instruction des dossiers d’agrément auprès des pouvoirs publics,
  • Par ailleurs, il supporte les sites du périmètre industriel - dont Ambarès - dans le cadre de l’amélioration des procédés de fabrication et de l’optimisation des technologies les plus récentes,
  • Enfin, le centre de développement propose des solutions innovantes en matière de formes pharmaceutiques (améliorations des conditions de prises, formes qui se mâchent avec masquage de goût…) ou en termes de technologies de rupture ou plus productives pour les Affaires Industrielles, par exemple.

À la fois plateforme pour l’international et rampe de lancement, Ambarès est un site unique. En quoi est-il stratégique pour Sanofi ?

VF. - Avec près de 90 millions € investis depuis 10 ans, Ambarès est un des sites les plus importants de Sanofi. Des médicaments majeurs y ont été mis au point et certains y sont fabriqués depuis plus de 20 ans.
En volume, Ambarès produit plus de 5% des unités de l’entreprise et est leader sur la production de ses médicaments phares. Mais ce qui le distingue surtout, c’est sa capacité à exporter plus de 90% de sa production vers plus de 150 pays. Et ce, sur des marchés exigeants comme les États-Unis ou le Japon et des marchés à très fort potentiel comme la Chine ou l’Europe de l’Est. Un atout de taille quand on sait que Sanofi est le 5ème plus gros exportateur français, derrière Airbus, Peugeot et Renault.

AQ.- Intégré dans la plateforme « Small Molecule Oral Platform » qui rassemble les trois centres de développement d’Ambarès, de Montpellier et de Sisteron, la co-localisation de notre centre et du site de production pharmaceutique permet une étroite intégration des équipes pour accélérer la mise à disposition des produits de Sanofi aux patients du monde entier. Cette rampe de lancement exceptionnelle est d’ailleurs la 2ème spécificité d’Ambarès. Trois innovations majeures, actuellement en études cliniques de phase II ou III, y seront lancées dans les 3 prochaines années. Elles pourraient faire évoluer la prise en charge du cancer, du diabète et des maladies rares.

Alexandre Quintana, responsable du centre de développement du site de Sanofi à Ambarès

VF. - Enfin, qu’il s’agisse de notre centre de développement ou de notre site industriel, Ambarès se distingue aussi par la passion qui anime ses équipes et leur attachement. Celles-ci ont d’ailleurs souvent vu naître les produits qu’elles fabriquent, puisqu’elles sont là, en moyenne, depuis plus de 16 ans.

Vous venez de prendre respectivement les rênes du site et de son centre de développement. Quelle est votre feuille de route ?

VF. - Parce que nos médicaments sont vitaux, la recherche de l’excellence au sein de nos différents métiers est une quête permanente. Aussi, notre priorité principale sera toujours de consolider nos fondamentaux en termes de qualité, de sécurité, et d’accessibilité des traitements pour nos patients.

AQ. - Pour la même raison, nous devons réussir nos lancements, assurer la mise à disposition la plus rapide possible de ces innovations thérapeutiques aux patients du monde entier dans un environnement Qualité aux plus hauts standards de l’industrie pharmaceutique mondiale. Pour cela il faut mettre en œuvre les meilleures compétences scientifiques, et faire vivre les valeurs fondamentales d’engagement, de travail d’équipe, d’éthique et de respect qui ont toujours animé ce centre de développement depuis 1978.

Un site bien ancré dans sa région

Avec 4 sites implantés en Nouvelle Aquitaine, Sanofi compte parmi les acteurs industriels les plus importants de la région. La spécificité du site d’Ambarès ? S’engager sur tous les plans. Plus de 700 personnes contribuent sur le site à la fabrication des médicaments dont certains patients ont besoin pour vivre. Sachant qu’il est commun de compter que pour 1 salarié Sanofi, 1,9 emploi indirect est généré (sous-traitants ou prestataires inclus), l’impact de Sanofi est majeur dans le tissu économique régional. S’y ajoute près d’une centaine de stagiaires et alternants que Sanofi forme aux métiers de demain. Le site s’engage aussi auprès des jeunes filles issues de quartiers défavorisés avec l’association Capital filles et prépare des étudiants à la vie active.
Impliqué dans le tissu local, le site fait rayonner à la fois la région et l’innovation santé en tant que membre de plusieurs clusters comme GIPSO1 ou ALLISNA2 et aussi comme partenaire de l’Université de Bordeaux et de l’ENSTBB3.

  1. Cluster des industries de santé Nouvelle-Aquitaine.
  2. Alliance innovation santé Nouvelle-Aquitaine.
  3. École nationale supérieure de technologie des biomolécules de Bordeaux.