Gérer son diabète en voyage plus facilement grâce à DiabVoyage®

Voyages et diabète : anticiper pour des vacances réussies !

Dans la vie quotidienne comme en vacances, les traitements du diabète sont de plus en plus souples et autorisent une plus grande liberté. Et pourtant, partir en vacances pour un patient diabétique de type 1 ou 2 peut, à première vue, s’avérer compliqué. Le docteur Clara Bouché, diabétologue à l’hôpital Lariboisière (Paris, AP-HP), revient sur les difficultés que peuvent rencontrer ces patients lorsqu’ils voyagent et apporte réponses et conseils pratiques pour que chacun profite de ses vacances aux quatre coins du monde.

Pourquoi, quand on est diabétique*, partir en voyage est-il compliqué ?

Clara Bouché. - Se déplacer ou partir en voyage, pour une personne atteinte de diabète, nécessite une certaine préparation qui peut parfois en décourager plus d’un ! En effet, la priorité est de considérer que l’alimentation locale peut être différente, voire particulièrement riche en matières grasses ou en glucides. Il faut évidemment planifier, par précaution, tous ses traitements et voyager avec un stock conséquent de médicaments et de consommables utilisés pour la surveillance, car on n’est jamais certain de pouvoir s’approvisionner sur place et à des tarifs accessibles. Aujourd’hui néanmoins l’insuline* peut se conserver un mois à température ambiante (au-delà, elle doit être placée au réfrigérateur).

Important aussi : réfléchir au niveau et au type d’activité physique que l’on serait amené à pratiquer. La plupart des sports sont hypoglycémiants, car les muscles consomment du sucre. Il faut alors adapter son traitement : diminution de certains traitements hypoglycémiants*, des doses d'insuline, voire déconnexion, sur une durée limitée, de sa pompe à insuline, et/ou prise de collations glucidiques supplémentaires. Autre point d’attention : la chaleur et l’altitude peuvent avoir un impact sur le matériel de surveillance et il faut donc bien connaître les conditions climatiques du lieu où l’on se rend. Face à tous ces paramètres, une personne diabétique qui anticipe bien son voyage n’aura aucun problème.

Les personnes diabétiques sont-elles de plus en plus nombreuses à faire du tourisme hors de France ?

CB. - En tant que médecin, je sais que les patients ne nous disent pas tout et que certains voyagent peut-être sans nous en parler ! D’autant qu’ils ont désormais d’autres sources d’information qui leur permettent de se renseigner en amont de leur déplacement. Je remarque cependant que la parole est un peu plus libérée : nos patients nous posent davantage de questions concernant, par exemple, la conservation des médicaments ou encore la gestion du décalage horaire. Il n’est pas rare de voir des personnes diabétiques qui partent 6 mois en Afrique et pour qui tout se passe bien. Le Dr Saïd Bekka (diabétologue et endocrinologue au centre hospitalier de Chartres) a même emmené des personnes diabétiques faire du vélo sur la Grande muraille de Chine, traverser la Manche à la nage et faire le marathon de New York ! Nous avons des patients qui vivent comme tout le monde. Et d’autres qui s’interdisent, par appréhension, de voyager. Je pense en particulier aux personnes qui sont sous insuline.

« Paradoxalement, plus on pose d’interdits et moins les patients se prennent correctement en charge. »
Dr Clara Bouché, diabétologue à l’hôpital Lariboisière (Paris, AP-HP)

Quelle est la situation la plus difficile à gérer en voyage?

CB. - Je dirais le risque de se retrouver isolé et d’avoir un séjour qui se prolonge de façon imprévue : voilà une situation compliquée à gérer pour un diabétique. Certains de mes patients sont partis dans des zones de conflit : dans ces conditions, vous ne savez plus vraiment quand vous allez pouvoir rentrer. Il est donc essentiel de s’informer auprès du ministère des Affaires étrangères avant de partir. Et, pour parer au mieux à l’imprévu, toujours prévoir plus de traitements et de consommables et se munir d’une assurance rapatriement, …même dans les endroits du monde où il y a un bon accès au soin !

Y a-t-il des situations dans lesquelles vous recommandez de ne pas voyager ?

CB. - Paradoxalement, plus on pose d’interdits et moins les gens se prennent correctement en charge. Cela atteint leur qualité de vie, ils en deviennent malheureux et frustrés, et risquent de faire les choses sans supervision : c’est là que les diabétiques s’exposent au risque. C’est ce qui a évolué dans le rapport médecin/patient : nous savons qu’il ne sert à rien de chercher à tout contrôler. Mieux vaut accompagner nos patients dans leurs choix, en leur recommandant le maximum de précautions.

>> Lire aussi : « Chaque personne qui vit avec un diabète est unique »

L’essentiel dans son smartphone

DiabVoyage® est une application conçue à la demande des patients diabétiques. Elle fournit des informations utiles à la préparation du voyage et à son bon déroulement :

  • informations et conseils spécifiques en fonction des destinations (alimentation locale, vaccins, numéros d’urgence locaux…),
  • démarches à effectuer par rapport aux quantités de médicaments et consommables à emporter en fonction des prescriptions individuelles, et du transport de son traitement,
  • conseils sur la conservation de l’insuline…
Delphine Arduini, patiente-experte et présidente de l’association World Diabetes Tour (WDT)

DiabVoyage<sup>®</sup>, une invitation au voyage pour tous les malades

Delphine, patiente-experte, raconte comment DiabVoyage® lui simplifie la vie.

VOIR LE #LIFIE

Cette appli, destinée aux diabétiques de type 1 et 2, permet également de numériser les documents à conserver sur soi (ordonnances ou certificats de traitement) et propose la traduction de certaines phrases ou mots indispensables dans un vaste nombre de langues étrangères. Surtout, elle comprend un forum de discussion (anonyme) où patients et accompagnants peuvent échanger sur leurs expériences respectives et partager conseils, astuces et bons plans.

Gratuite, DiabVoyage® a été élaborée par Sanofi et l’agence digitale Interaction Healthcare, en partenariat avec l’association de patients World Diabetes Tour, et avec le concours de l'association Aide aux Jeunes Diabétiques. Des experts en santé – outre le docteur Clara Bouché, le diabétologue Eric Renard (centre hospitalier universitaire de Montpellier) et aussi la diététicienne Jacqueline Delaunay (centre hospitalier universitaire de Toulouse) – ont également accompagné sa conception. Cette application est téléchargeable sur Google Play et App Store.

« Le partage d’expérience est très utile. Nous, spécialistes, ne voyons pas toujours nos patients juste avant un départ en voyage. Cette appli est un moyen pour eux de se rassurer : elle est comme un pense-bête, une check-list qui permet de ne rien oublier. »
L’avis du docteur Clara Bouché qui a testé l’application auprès de patients de son service

*Le glossaire pour tout comprendre

  • Mécanisme du diabète : le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par la présence d’un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie). Il en existe 2 types principaux : le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Il est avéré si le taux de glycémie à jeun est égal ou supérieur à 1,26 g/L ou 7 mmol/L de sang, lors de dosages successifs.
  • Hyper / hypoglycémie : l’hyperglycémie est caractérisée par un taux de glucose trop élevé dans le sang, supérieur à 1,26 g/L, à jeun, mesuré à 2 reprises. L’hypoglycémie se définit comme une baisse du taux de sucre dans le sang au-dessous de 4 mmol/L, avec ou sans symptômes.
  • Insuline : l’insuline est une hormone hypoglycémiante sécrétée par le pancréas et qui fait baisser le taux de glucose dans le sang.

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus.

OK