Sanofi en France à l’ère de l’usine 4.0

Les métiers de l’usine 4.0 : révolution ou évolution ?



La révolution numérique qui gagne le secteur de l’industrie pharmaceutique engendre le besoin de nouvelles compétences. Doit-on former les collaborateurs ou recruter de nouveaux profils ? Partage d’expériences sur les changements en cours chez Sanofi France.

La connectivité et la data constituent les bases de l’usine 4.0. Derrière ces mots, ce sont principalement le suivi et l'analyse des données en temps réel qui entrent en jeu. L’objectif est de contrôler les processus de production automatiquement. Les équipements connectés collectent des mesures qui sont désormais réalisées en temps réel par des capteurs. Celles-ci deviennent alors des données qui sont stockées en toute sécurité.

La qualité, un enjeu majeur

« Recueillir les données en temps réel permet de réagir très vite lorsqu’un paramètre de fabrication est en train de bouger anormalement », explique Thierry Masson, directeur des Ressources humaines, Affaires industrielles France. Alors qu’auparavant, les équipes analysaient après coup, une fois la production terminée, ce qui avait dysfonctionné, aujourd’hui, elles interviennent immédiatement pour éviter d’arriver à un point de non-qualité.

Pragmatique, Thierry Masson, complète : « Avec ce nouveau process, nous gagnons en fiabilité en termes de qualité de nos productions. Cela permet « d’être bon du premier coup » et, par conséquent, de mieux maîtriser la production. »

Analyse de l’information

Encore faut-il savoir analyser ce flux continu d’informations. De nouvelles compétences sont ainsi requises pour interpréter ces procédés et créer le lien avec la production, puis la chaîne logistique qui délivrera le produit sur-mesure au patient. Christelle Drouart, Talent Management Head France, déclare : « La gestion des Big Data mobilise des Data Analysts, diplômés en informatique et mathématiques, capables d’interpréter les données collectées. » Sanofi France a donc recruté de nouveaux profils pour analyser les flux d’information.

Sensibilisation, formation, insertion

Les sites de Sanofi en France engagés auprès des jeunes

Sensibilisation, formation, insertion : découvrez en infographie l’engagement des sites de Sanofi en France auprès des jeunes

Par ailleurs, la digitalisation a transformé la formation des collaborateurs. Exit les manuels de plus de 50 pages, lourds à manier et difficiles à stocker. « Nous nous appuyons désormais sur des applications ludiques et digitales, accessibles de n’importe quel site et à n’importe quel moment pour acquérir les connaissances nécessaires », explique Christelle Drouart. Les dernières technologies, comme les lunettes de réalité virtuelle, sont également utilisées pour simuler des situations auxquelles pourraient être confrontés des collaborateurs. Ils sont alors corrigés et guidés dans les bons gestes à effectuer.

la mobilisation de nos sites industriels

Les usines de Sanofi en France connectées au service de tous

Découvrez en quelques chiffres clés la mobilisation de nos sites industriels pour transformer les innovations scientifiques en solutions de santé et les mettre à disposition des patients en France et dans le monde.

Trois questions à Gautier Bideault, responsable Data Scientist, site de Val de Reuil


Gautier Bideault, responsable Data Scientist, site de Val de Reuil.

En quoi consiste votre métier ?

Gautier Bideault. - Data Scientist est un terme récent. Il pourrait être traduit par analyste de données. Concrètement, je récupère les flux d’information bruts que je transforme pour qu’ils puissent être interprétés par des experts métiers. Ils pourront ainsi prendre les décisions inhérentes à leur mission.

Quelle est votre formation ?

GB.- J’ai étudié à l’Institut national des sciences appliquées de Rouen. J’hésitais entre les mathématiques et l’informatique. C’est finalement un cours de machine learning (approches statistiques qui donnent aux ordinateurs la capacité d’“apprendre”) qui m’a permis de réconcilier ces deux matières. J’ai par exemple appris à programmer une Intelligence Artificielle (IA) pour détecter des tumeurs sur des radiographies. Une thèse en machine learning appliquée au traitement d’image à l’université de Rouen a complété ma formation.

Qu’apporte votre métier à la production pharmaceutique ?

GB.- Je pense apporter une nouvelle façon d’appréhender les données recueillies, complémentaire à ce que mes collègues statisticiens ont l’habitude de faire. Avec nos connaissances en data visualisation, nous pouvons représenter des ensembles complexes de données de manière plus simple, didactique et pédagogique. De plus, nous pouvons réaliser des modèles prédictifs permettant de simuler des étapes de production ou automatiser des calculs qui ne pouvaient pas l’être précédemment.

Trois questions à Martial Etienne, responsable du département Process Ingénierie, site de Sisteron


En quoi consiste votre métier ?

Martial Etienne. - Avec mon équipe, nous sommes les garants techniques du transfert industriel, qui comprend la maîtrise de la sécurité des procédés et l’amélioration de leurs performances.

Qu’est-ce que la réalité virtuelle (VR en anglais) apporte à la formation ?

ME.- C’est l’implantation d’un nouvel atelier et la rencontre avec JungleVR (studio de développement de formations VR pour les entreprises) qui nous a décidés. Vivre un cas réel et manipuler des produits potentiellement dangereux sans prendre aucun risque… C’est la formation idéale ! La réalité virtuelle offre une nouvelle façon de se former : de manière plus autonome, homogène, en sortant du cadre du binôme tuteur-apprenant et en donnant la possibilité aux opérateurs de participer au design de l’unité.

Cet outil nous permet aussi d’aller plus vite et plus loin dans la formation des opérateurs. Le nouvel équipement du site de Sisteron n’arrivera que dans quelques mois pour les qualifications de l'installation, avant sa mise en service officielle prévue en septembre 2019. Or, nous sommes en phase de tests depuis trois mois déjà. Au fil des séances, les opérateurs font des remarques et émettent des propositions d’améliorations des process à mettre en œuvre.

Quelle est l’utilité de la VR pour le patient ?

ME.- Nous espérons augmenter le niveau de qualité des produits et sécuriser encore davantage l’approvisionnement des patients avec de nouvelles molécules.

Pour approfondir...