Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 
Notre engagement en hématologie

Autogreffe et allogreffe

Contenu :

Autogreffe et allogreffe

Qu’est-ce qu’une autogreffe ?

Il s’agit du processus thérapeutique au cours duquel le patient va donner ses propres cellules souches avant la réalisation d’un traitement par chimiothérapie intensive. Après cette chimiothérapie, ces cellules souches seront réinjectées à ce même patient.

« Le parcours d’autogreffe » est le processus comprenant la mobilisation, la chimiothérapie à haute dose, la réinjection des cellules souches, l’aplasie et la sortie d’aplasie.

Depuis 2012, Sanofi offre l’opportunité aux équipes médicales qui le souhaitent, de créer leur « carnet de suivi patient » sur la mobilisation et la collecte des cellules souches en vue d’une autogreffe. Ce carnet destiné au patient, en partie personnalisable par chaque établissement, a été conçu avec le soutien du Pr Emmanuel Gyan (CHU de Tours), de Nathalie Gonçalves (infirmière à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris), de l’Association Française des malades du myélome multiple (AF3M) et de France Lymphome Espoir (FLE).

Combien d’autogreffes sont réalisées par an ?

En 2015, 3123 autogreffes ont été réalisées chez 3007 patients. Dans 99,6% des cas le greffon est constitué de cellules souches hématopoïétiques issues du sang périphérique.

Source : http://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2014/donnees/cellules/04-national/synthese.htm

Le parcours d’autogreffe

Le parcours d'autogreffe  
Dictionnaire autour de l'autogreffe
  • Aplasie : diminution du nombre de cellules du sang (globules rouges, globules blancs, plaquettes).
  • Chimiothérapie de conditionnement : chimiothérapie à forte dose qui consolide le traitement et a pour conséquence de détruire la moelle osseuse.
  • Cytaphérèse : technique de prélèvement et de tri des cellules du sang à l’aide d’un séparateur de cellules.
  • Greffon : ensemble de globules blancs et de cellules souches qui vous sont prélevés et vous seront réinjectés.
  • Mobilisation : libération des cellules souches de la moelle osseuse dans le sang.
  • Reconstitution hématopoïétique ou sortie d’aplasie : récupération, à partir des cellules souches, de la moelle osseuse, donc de toutes les cellules sanguines (globules rouges, globules blancs, plaquettes).

Pour mieux comprendre l’autogreffe de cellules souches hématopoïétique

Qu’est-ce qu’une allogreffe ?

L’allogreffe est une procédure par laquelle la moelle osseuse malade est remplacée par une moelle osseuse de quelqu’un qui est en bonne santé (le donneur). Ce n’est pas du tout un acte chirurgical comme une greffe d’organe. C’est une simple transfusion. Cette fois, au lieu de transfuser un produit fini comme les plaquettes ou les globules rouges, il sera transfusé une sorte d’usine : une usine qui va fabriquer à la place de la moelle osseuse du malade, les plaquettes, les globules rouges, mais aussi les globules blancs.

Combien d’allogreffes sont réalisées par an ?

En 2015, 1 964 allogreffes de cellules souches hématopoïétiques (moelle osseuse, sang périphérique ou sang de cordon) ont été réalisées chez 1 936 patients.

Source : https://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2015/donnees/cellules/04-national/synthese.htm#figCSHG10

Mise à jour : 05 Janvier 2017

Encarts :

Les associations de patients dont Sanofi est partenaire
La fondation Sanofi Espoir célèbre les dix ans de son programme de lutte contre les cancers de l'enfant