Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 

Epilepsie

Contenu :

Ce qu’il faut savoir sur l’épilepsie

Chiffres clés sur l’épilepsie

Plus de 50 millions de personnes sont atteintes d’épilepsie dans le monde1, dont environ 430 000 en France, avec 33 000 nouveaux cas par an2. Il s’agit de l’une des affections neurologiques les plus fréquentes. Dans notre pays, elle arrive en deuxième position3 après la maladie d’Alzheimer. Pourtant très courante, la maladie reste encore souvent méconnue.

4 questions au Dr Pascal Michon, Directeur des Affaires Scientifiques de Sanofi France

Description de l'image

1. Comment se manifeste l’épilepsie ?

L'épilepsie se caractérise par la répétition de crises imprévisibles et souvent très brèves. Ces crises sont soit généralisées, soit partielles, touchant l’ensemble ou une seule partie du corps. Elles peuvent prendre différentes formes, donnant ainsi toute une variété de symptômes : contractions musculaires involontaires, troubles du mouvement, troubles des fonctions cognitives, pertes de connaissance… Elles varient également en intensité (de la brève perte d’attention à la convulsion prolongée). Elles se produisent, enfin, plus ou moins fréquemment (de moins d’une fois par an à plusieurs fois par jour). Une crise unique ne signe pas l’épilepsie : il faut au moins deux crises spontanées pour définir la maladie.

2. Comment s’expliquent les crises d’épilepsie ?

Par un fonctionnement anormal de l'activité du cerveau. Plus précisément, elles résultent de décharges électriques soudaines et excessives dans un groupe de cellules cérébrales. Selon sa localisation et sa propagation dans le cerveau, cette perturbation produit alors des symptômes différents.
Chez six personnes sur dix1, l’origine de l’affection est inconnue : on parle d’épilepsie idiopathique. Pour les autres, il s’agit d’épilepsie secondaire ou symptomatique. Dans ce cas, les causes peuvent être multiples : lésion cérébrale due à un problème prénatal ou périnatal, anomalie congénitale, traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, infection (méningite, encéphalite…), tumeur cérébrale, etc...

3. L’épilepsie est-elle une maladie grave ?

L’épilepsie est une maladie neurologique handicapante pouvant avoir des conséquences graves. Ainsi, la survenue de crises très longues ou très rapprochées peut provoquer des lésions cérébrales et mettre en jeu le pronostic vital. Il faut savoir aussi que les personnes atteintes d’épilepsie ont tendance à souffrir davantage de problèmes physiques (fractures, hématomes…) et psychosociaux (anxiété, dépression…). Les décès prématurés sont jusqu’à trois fois plus fréquents1 que dans la population générale (chutes, noyades, brûlures…). Elles sont, en outre, souvent victimes de préjugés, confrontées à la discrimination et à la stigmatisation sociale. Des difficultés parfois plus difficiles à surmonter que les crises elles-mêmes.

4. Existe-t-il des médicaments efficaces contre les crises d’épilepsie ?

Selon de récentes études, les antiépileptiques traitent aujourd’hui avec succès 70% des enfants et des adultes récemment diagnostiqués1, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, avec disparition complète des crises. Pour être efficace, leur prise doit être quotidienne et régulière. En outre, ceux-ci peuvent être arrêtés, sans rechutes ultérieures, au bout de 2 à 5 ans de traitement réussi et d’absence de crises (après analyse des facteurs de risque de récidive) chez environ 70% des enfants et 60% des adultes1.
S’il existe des alternatives aux médicaments, notamment pour soigner ceux qui n’y répondent pas de manière satisfaisante, celles-ci sont limitées (chirurgie, stimulation électrique). Les traitements de l’épilepsie sont donc essentiellement médicamenteux. Ils permettent au plus grand nombre de vivre avec la maladie en combattant la double crainte : celle de la crise et du regard des autres.

Références

1 Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs999/fr/
2 Institut du Cerveau et de la Moelle épinière : http://icm-institute.org/fr/epilepsie
3 Fondation française pour la recherche sur l’épilepsie : http://www.fondation-epilepsie.fr/comprendre-epilepsie/quest-ce-que-cest

 

  

 

Focus sur Epilepsie et grossesse

Pour les femmes épileptiques qui sont en âge ou vont être en âge d’être enceintes, l’épilepsie et ses traitements exigent une grande prudence. La grossesse doit être impérativement programmée avec l’avis du médecin spécialiste.
Une épilepsie non traitée pendant la grossesse peut faire peser des risques substantiels à la mère comme à l’enfant (risque d’accouchement prématuré, survenue de convulsions pouvant entraîner une baisse d’apport en oxygène du fœtus…).
Une femme sous antiépileptiques quant à elle est exposée à un risque tératogène (risque de malformations du fœtus) plus élevé que celui de la population générale, notamment si l’épilepsie nécessite la prescription d’une association de plusieurs antiépileptiques. L’évolution des connaissances scientifiques a montré que les médicaments contenant du valproate sont plus tératogènes que les autres et que les enfants nés de mères traitées pendant leur grossesse présentent plus de troubles du développement psychomoteur*. Cependant, le traitement ne peut être modifié sans avis médical et il est important de consulter le médecin spécialiste bien en amont, de façon à programmer la grossesse, en ayant pu au préalable bien contrôler l’épilepsie de la mère par le traitement le plus adapté, et faire ainsi courir le risque le plus faible à l’enfant.
Ainsi, lorsqu’une grossesse est envisagée par une femme épileptique sous traitement, le choix du traitement doit être évalué par le médecin au cas par cas en tenant compte de ses bénéfices, de ses risques, et des alternatives médicamenteuses possibles.
L’accouchement doit avoir lieu en milieu médicalisé, car il peut provoquer une crise d’épilepsie (chez environ 5 % des patientes).
L’allaitement enfin est déconseillé aux femmes sous antiépileptiques. Cependant, avec certains antiépileptiques et en prenant certaines précautions, un allaitement peut être envisagé.

*Pour en savoir plus, consultez la brochure d’information de l’ANSM à l’attention de la patiente et/ou de son représentant « Médicaments contenant du valproate et ses dérivés »

L’épilepsie en France

Quel est l'impact de l'epilepsie  
Références

Epilepsie-France ; http://www.epilepsie-france.com/lepilepsie/maladie/en-quelques-mots.html
Fondation Française pour la Recherche sur l’Epilepsie (FFRE) : http://www.fondation-epilepsie.fr/comprendre-epilepsie/quest-ce-que-cest
Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) : icm-institute.org/fr/epilepsie
Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/epilepsie
Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs999/fr ; http://www.who.int/mental_health/neurology/epilepsy/infographic_2015.pdf?ua=1
Eureka Santé / Vidal.fr : http://eurekasante.vidal.fr/maladies/systeme-nerveux/epilepsie.html

Mise à jour : 07 Avril 2016

Encarts :