Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 
Pour nos partenaires

Contenu :

Créer du lien entre entrepreneurs et grands groupes : retour sur la journée PME et start-up

Le 10 février 2016, plus d’une centaine de chefs d’entreprises étaient présents sur le Campus Sanofi Val de Bièvre à Gentilly à l’occasion de la journée PME et start-up au cours de laquelle Sanofi a officialisé son Plan PME.

 

Cette journée dédiée aux chefs d’entreprises, PME et start-up, partenaires de Sanofi, a permis de riches échanges et le partage d’expériences entre entrepreneurs et acteurs économiques et institutionnels influents. Plus d’une cinquantaine de collaborateurs de Sanofi (des directions Achats, Ressources Humaines et Essaimage principalement) étaient eux aussi présents pour échanger avec leurs partenaires de tous les jours.

Cette journée s’est articulée autour de trois temps forts :

  • Une conférence en quatre temps qui a été l’occasion d’officialiser le Plan PME, d’évoquer les problématiques auxquelles sont confrontés les chefs d’entreprises dans leurs activités de tous les jours et de parler d’innovation ;
  • Au cours de l’après-midi, des ateliers thématiques autour du Financement, du Développement International et de l’Innovation et de la Compétitivité ont favorisé les échanges entre chefs d’entreprises, collaborateurs de Sanofi et acteurs institutionnels comme certains membres de la Direction Générale des Entreprises du Ministère de l’Economie, de l'Industrie et du Numérique ;
  • Une session de networking en fin de journée.
Gilles Lhernould, Philippe Luscan, Frédérique Granado, René Ricol, François Perret

De gauche à droite : Gilles Lhernould, Senior Vice-Président Responsabilité Sociale de l’Entreprise Sanofi, Philippe Luscan, Président de Sanofi en France, Frédérique Granado, Directrice de la Communication France chez Sanofi, René Ricol, Associé fondateur de Ricol Lasteyrie Corporate Finance et François Perret, Directeur Général de Pacte PME.

 

L’officialisation du Plan PME de Sanofi

En 2015, nous avons tenu à regrouper nos actions sous la coupe d’un Plan PME animé par 3 enjeux :

  • Le plan PME concerne des domaines ciblés et centrés sur l’innovation ;
  • Il vise à créer une dynamique territoriale grâce à une politique locale de collaboration avec les PME et les start-up ;
  • Toutes les fonctions du Groupe sont représentées au sein d’un comité de pilotage global.

Le Plan PME repose sur une relation gagnant / gagnant entre Sanofi et des entreprises réactives, agiles, innovantes et créatrices de valeur. Ce Plan PME de Sanofi vise à créer une dynamique plus globale de nos différentes actions en faveur des PME et des start-up menées sur l’ensemble du territoire français (financement, aide au développement international, industriel ou humain, parrainage, incubation, etc.). Il concerne des domaines innovants et stratégiques pour Sanofi et, plus particulièrement, la Recherche et le Développement, les biotechnologies ou encore la e-santé. Les PME et start-up sont qualifiées par les collaborateurs de Sanofi en fonction de leur valeur économique et concurrentielle pour le Groupe, de leur capacité à innover, de leur expertise, de leur agilité ou encore de la richesse technologique ou sociétale dont elles sont porteuses.

Par cet effet d’entrainement, Sanofi a contribué à la création de 2 500 emplois au cours des dix dernières années, ce qui concrétise et renforce notre action. Le Plan PME se veut donc créateur de valeur à la fois thérapeutique pour les patients, industrielle et technologique.

Analyser les freins au développement des PME et des start-up en France

La journée PME et start-up a également été l’occasion de démonter certains préjugés. François Perret, Directeur Général de Pacte PME, a ainsi rappelé qu’en France, contrairement aux idées reçues, il suffit seulement de 7 jours et de 5 procédures pour créer son entreprise. Il estime également que la France connaît non seulement un « printemps de l’entrepreneuriat » mais aussi, dans une certaine mesure de l’innovation et que la plupart des sociétés créées nouvellement sont à la fois plus nombreuses (environ 550 000 par an) mais également plus solides. Cependant, il n’a pas manqué de souligner que subsistent encore des freins au développement des entreprises, comme la situation économique et financière des PME et start-up, dont les taux de marge demeurent faibles (autour de 31%) même s’ils se redressent depuis l’année dernière. S’y ajoutent une fragilité de trésorerie, un autofinancement limité et des délais de paiements pas toujours respectés par les grands groupes, ce qui pénalise les PME et les start-up. Et René Ricol, Associé Fondateur de Ricol Lasteyrie Corporate Finance et ancien Médiateur du Crédit, d’ajouter que le renfermement sur soi est également un problème majeur de beaucoup d’entreprises aujourd’hui. Créer de la solidarité devient fondamental.

Souvent confrontées à une absence d’interlocuteurs qualifiés quand elles toquent à la porte des grands groupes, les PME et les start-up ne parviennent pas toujours à rencontrer la bonne personne. Le Plan PME entend répondre à cette difficulté en centralisant les demandes pour les affecter aux bonnes personnes au sein du Groupe.

Au cours de la journée, des chefs d’entreprises, partenaires de longue date de Sanofi, sont venus nous livrer leurs témoignages sur leur collaboration avec les équipes de Sanofi.

Les enjeux de l’innovation

Gilles Litman est intervenu sur la politique d’innovation ouverte menée par Sanofi, notamment dans le domaine de la e-santé, pour développer des solutions adaptées aux besoins des patients et construire la santé du futur.

La journée PME et start-up a également permis un focus sur les enjeux de l’innovation par Denis Jacquet, Président de Parrainer la Croissance, association qui accompagne 4000 entrepreneurs sur le chemin de la croissance. Mais également cofondateur de l’observatoire de l’Ubérisation.

Denis Jacquet nous a notamment livré sa vision de l’ « ubérisation » de la société estimant que la méfiance et l'incompréhension suscitée en France, par ce phénomène, pousse à considérer la fiscalité et la fièvre réglementaire comme la panacée au risque de tuer l’innovation et empêchent la France d’y générer des champions. Si toute innovations n’est pas synonyme de progrès, ses dérives se soignent alors que l’interdiction tue. Et elle tue ainsi, dans l’œuf nos champions potentiels. L’enjeu de la technologie doit être de renforcer l’humanité, et faire de nous des « hommes augmentés » ne contribuera qu’à notre propre inutilité, ce qui est le contraire du progrès. Selon le Président de Parrainer la Croissance, l’innovation, nécessite de l’observation. Elle peut être de rupture mais bien souvent d’usage. Elle est le fait de ceux qui savent détecter les failles et en faire des opportunités.

Aujourd’hui, un des freins au développement de nos PME et start-up françaises est, selon Denis Jacquet toujours, que beaucoup d’entre elles n’ont notamment pas pris le virage du numérique. Et que leur environnement ne propose pas de vision sur le sujet. Les ingrédients qui font le succès du numérique sont la rapidité, la facilité d’usage et l’immédiateté. Malgré cette dictature du temps, le dernier conseil de Denis Jacquet pour innover, est « d’accepter de perdre du temps pour en gagner ».

« Créer de la solidarité »

La journée s’est conclue par une session de networking permettant à nos invités d’interagir avec les personnalités qui sont intervenues tout au long de la journée.

Cet évènement a permis à Sanofi de se rapprocher encore davantage de ses partenaires, d’apporter des réponses à leurs questions ainsi que de mieux appréhender leurs attentes et leurs besoins. « Créer de la solidarité » (selon les termes de Monsieur René Ricol) entre grands groupes, PME, start-up et acteurs économiques est essentiel pour innover ensemble et créer de la valeur thérapeutique et sociétale.

Mise à jour : 24 Février 2016