Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 
Le cancer de la thyroide

Le cancer de la thyroïde

Contenu :

Le cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est une maladie des cellules de la thyroïde. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique jusqu’à former une tumeur maligne dans la glande thyroïde. Le cancer de la thyroïde se manifeste principalement par des grosseurs, ou nodules, présentes sur la glande thyroïde. Dans la plupart des cas, ces nodules sont bénins, mais environ 5% des individus présentent des nodules malins qui doivent être pris en charge1.

 

Il existe plusieurs types de cancer de la thyroïde2 :

  • Les cancers différenciés de la thyroïde de souche folliculaire représentent plus de 90 % des cancers de la thyroïde et sont de bon pronostic. Ils comportent des formes papillaires (80 % des cas), des formes vésiculaires (10 % des cas) et des formes rares.
  • Les cancers médullaires ou à cellules C peuvent être sporadiques ou héréditaires, dans un contexte familial notamment de néoplasie endocrinienne multiple de type 2 (NEM2). En raison de leur caractère potentiellement héréditaire, ces cancers nécessitent une prise en charge spécifique. Ces cancers sont le plus souvent de bon pronostic.
  • Les cancers anaplasiques nécessitent une prise en charge en urgence, compte tenu de leur gravité.

Cancer différencié de la thyroïde : éviter l’hypothyroïdie

Ce cancer, également appelé cancer papillaire ou folliculaire, est le plus fréquent des cancers de la thyroïde. Son traitement consiste en l’ablation totale de la thyroïde (thyroïdectomie), souvent complétée par l’administration d’iode radioactif.

L’iode radioactif permet de:

  • Détruire les tissus thyroïdiens normaux qui peuvent subsister après la chirurgie,
  • Traiter les cellules cancéreuses restantes qui ont échappé à la chirurgie ou qui n’ont pas pu être retirées,
  • Faciliter la surveillance ultérieure avec les examens de contrôle.

Pour que l’iode radioactif puisse pénétrer dans les cellules thyroïdiennes et les détruire, il faut augmenter le taux de thyréostimuline ou TSH (thyroid stimulating hormone).

Cette augmentation s’obtient :

  • soit par un arrêt du traitement en hormone thyroïdienne (LT4), ce qui conduit le patient à être en hypothyroïdie, un état souvent mal vécu qui impacte très fortement la qualité de vie des patients parce qu’il provoque un ralentissement de l’organisme avec des symptômes de prise de poids, de constipation, de fatigue généralisée (asthénie), de ralentissement des fonctions cérébrales (troubles et perte de mémoire, difficultés de concentration), de sécheresse cutanée, de fourmillements dans les membres (paresthésie), de crampes et de raideurs musculaires, de perte de cheveux
  • soit par l’administration d’une TSH recombinante humaine issue de la biotechnologie qui augmente le taux de TSH, sans nécessiter l’interruption du traitement quotidien en hormones thyroïdiennes.

Suite au premier examen de contrôle, lorsque la thyroglobuline sous TSH élevée est indétectable et que l’échographie du cou est normale, le risque de récidive est faible.

Des récidives peuvent cependant survenir parfois à distance d’un traitement initial. Il est donc important de poursuivre les examens de contrôle, et de maintenir un suivi régulier aussi longtemps que le médecin le jugera nécessaire. Plus les récidives sont dépistées précocement, meilleures sont les chances de les traiter avec succès.

Cancer médullaire de la thyroïde : répondre aux besoins des patients atteints d’un cancer rare

Le cancer médullaire de la thyroïde2est un cancer rare qui se développe à partir de cellules particulières de la thyroïde, les cellules C. Leur incidence est estimée à environ 350 nouveaux cas chaque année en France. Ils sont moins fréquents que les cancers différenciés et sont le plus souvent de bon pronostic. Dans environ 25% des cas, les cancers médullaires de la thyroïde sont liés à une histoire familiale et une prédisposition génétique peut être mise en évidence dans 95 % des cas. Le cancer médullaire de la thyroïde se présente souvent sous la forme d’un nodule isolé et indolore, ou d’une masse dans le cou.

Le traitement des cancers médullaires de la thyroïde repose principalement sur la chirurgie, par retrait de la glande thyroïde (thyroïdectomie).

A noter que, quel que soit le type de cancer thyroïdien, après thyroïdectomie totale, l’hormonothérapie thyroïdienne (LT4) est indispensable pour tous les patients.

Pour plus d'informations :

Vivre sans thyroïde : association de patient reconnue d'intérêt général qui œuvre pour défendre au mieux les intérêts des patients atteints de dysfonctionnements thyroïdiens, et pour une meilleure connaissance et prise en charge des maladies thyroïdiennes. L'association gère également un forum de discussion et d'entraide, pour permettre aux patients de trouver des informations, du soutien et des échanges d'expérience.


 

Références

1. Recommandations de la Société française d’endocrinologie pour la prise en charge des nodules thyroïdiens. Presse Med. 2011; 40 : 793-826

2. HAS – Guide affection longue durée ALD30 - Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique - Cancer de la thyroïde – Mai 2010

Mise à jour : 19 Juin 2017