Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 

Informations

Contact

Contact Contrefaçon

anticounterfeit.coordination@sanofi.com

Sanofi France

9, bld Romain Rolland
75159 Paris Cedex 14

Par téléphone

  • Vous êtes professionnel de santé :
    0 800 394 000
  • Vous êtes patient :
    0 800 222 555

Par mail

Abonnez-vous

Contenu :

La contrefaçon de médicaments : un problème de santé publique majeur

Lorsqu’elle concerne le médicament, la contrefaçon devient une menace de santé publique à l’échelle mondiale. Elle est considérée comme un crime pénal. Acteur engagé dans la lutte contre la contrefaçon, Sanofi s’est doté en 2008 d’un laboratoire de lutte anti-contrefaçon installé à Tours.

 
Liste de liens d’accès direct aux différentes rubriques :

La contrefaçon en France et dans le monde, faits et chiffres

Le médicament n’est pas un produit comme les autres : il doit, avant d’être commercialisé, obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM), qui garantit sa sécurité, sa qualité et son efficacité.
 
Le médicament contrefait est fabriqué dès le départ avec une intention de tromperie. Il ne possède pas cette autorisation et constitue la reproduction frauduleuse d’un médicament dont le nom et parfois l’emballage sont copiés. Il peut être sous-dosé, surdosé, ne contenir aucun principe actif, voire être toxique.

La contrefaçon de médicaments est un problème de santé publique majeur car l’utilisation de ces médicaments peut entraîner des échecs thérapeutiques, voire la mort.
 
La contrefaçon pourrait représenter  10% du marché mondial des médicaments*. En France, la chaîne de distribution du médicament est particulièrement encadrée et par conséquent bien protégée. Mais dans de nombreux pays africains, dans certaines régions d’Asie, d’Amérique latine et dans les pays en économie de transition, jusqu’à 30 % des médicaments disponibles sont contrefaits*.

Par ailleurs, plus de la moitié des médicaments vendus sur internet seraient des faux**.

* Données Leem
** Données Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Comment lutter contre la contrefaçon ?

Il est  extrêmement ardu de remonter les filières et de mettre un terme à la circulation de ces médicaments sur les marchés.

Tous les acteurs sont concernés par la lutte contre la contrefaçon, et notamment l’Europe qui a élaboré une convention internationale : « Medicrime ».
 
En France, et en dépit du faible niveau d’alerte (sauf sur internet), les acteurs de la chaîne de distribution sont également très mobilisés. Entreprises, pouvoir publics, associations travaillent en partenariat pour mettre au point des mécanismes préventifs destinés notamment à maintenir le niveau de sécurité du circuit du médicament.

L’engagement de Sanofi dans la lutte contre la contrefaçon

Sanofi  a créé à Paris un comité de lutte anti-contrefaçon investi de compétences internationales et s’est doté en 2008 du premier laboratoire central d’analyse des contrefaçons (LCAC).

Le comité de lutte anti-contrefaçon collabore étroitement avec les autorités (agences publiques nationales et internationales, ministères, douanes) et les professionnels de santé (pharmaciens, grossistes, autres laboratoires pharmaceutiques) dans les enquêtes sur les contrefaçons.

Basé à Tours, le LCAC a 3 missions :

  • procéder aux examens techniques des emballages et notices ainsi qu’aux analyses chimiques des échantillons suspects
  • concevoir des méthodes d’analyse et les diffuser partout dans le monde pour permettre à chaque site industriel du Groupe d’examiner et d’analyser avec les mêmes critères tous les produits suspects correspondant à ceux fabriqués par sanofi
  • centraliser les « cartes d’identité » des contrefaçons répertoriées au sein d’une base de données unique, à même d’effectuer les rapprochements entre les différentes contrefaçons

Le LCAC est un outil indispensable, à la disposition des autorités de santé, de police, des douanes.

L’entreprise développe des technologies innovantes pour rendre plus difficile le travail des contrefacteurs et permettre la détection des produits contrefaits.

Ces techniques concernent le conditionnement des médicaments et leur traçabilité.
On peut citer notamment l’invention d’étiquettes infalsifiables et la mise en place depuis 2011 d’une technique de traçabilité à partir de codes-barres 2D (datamatrix) qui assurent la traçabilité de chaque boîte de médicaments jusqu’à sa délivrance au patient par le pharmacien.


Voir aussi : « Lutte anti-contrefaçon : l’engagement de Sanofi »

Lutte anti-contrefaçon : l'engagement de Sanofi pour garantir la sécurité des patients

Mise à jour : 30 Avril 2012

Encarts :

Informations Groupe

Informations Groupe