Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OkEn savoir plus

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Aide |
  4. Formulaire de contact |
  5. Plan du site
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille Augmenter la taille  
 
 

Actualités Produits

Contact

Sanofi France

82, Avenue Raspail 
94250 Gentilly Cedex

Par téléphone

  • Vous êtes professionnel de santé :
    0 800 394 000
  • Vous êtes patient :
    0 800 222 555

Par mail

Abonnez-vous

Contenu :

Arrêt de production et d’approvisionnement d’ALTIM® 3,75 mg/1,5 ml, suspension injectable en seringue pré-remplie (cortivazol)

  • Sanofi n’est désormais plus en capacité de produire et d’approvisionner le marché français en ALTIM®, suite à un dernier incident grave survenu dans l’installation de son seul fabricant en Angleterre qui l’a conduit à arrêter la production d’ALTIM®.
  • Cette situation s’inscrit dans un contexte historique difficile de production d’ALTIM®, que Sanofi a partagé à plusieurs reprises avec les parties prenantes concernées durant ces dernières années. Sanofi a cherché en parallèle à développer un autre procédé de fabrication plus fiable. Malgré d’importants investissements réalisés, nos efforts n’ont pas abouti.
  • ALTIM® est un glucocorticoïde injectable indiqué essentiellement dans le traitement des affections rhumatologiques et commercialisé quasi-exclusivement en France (95% France et 5% Tunisie). Il existe d’autres corticoïdes injectables pouvant être utilisés comme alternatives thérapeutiques dans les indications d’ALTIM®.
  • Conscient des difficultés que cette situation entraîne, Sanofi a informé par courrier en date du 16 novembre 2016 et du 15 février 2017 les pharmaciens et les médecins concernés.

Nous recommandons aux patients de se rapprocher de leur médecin traitant qui pourra conseiller le traitement adapté à leur situation.

Mise à jour : 17 Février 2017